La Turquie et ses voisins

976
0
Partager:

Question:

Le premier ministre turc a déclaré le 13/07/2016 que la Turquie va rétablir des relations normales avec la Syrie. Le journal « Zaman-arabic » a publié le 13/07/2016 ce qui suit : « Le premier ministre turc Binali Yildirim a annoncé que la Turquie cherchera à rétablir des relations normales avec la Syrie ». Alors, quel est le motif derrière ce changement soudain de la politique turque d’un point opposé à un autre en relation avec la Syrie? Peut-on parler de réconciliation turco-syrienne? Ou est-ce que c’est la politique des États-Unis qui influence la politique turque? Jazak Allahu khairan.

La réponse:

Afin de répondre à ces questions, nous examinerons les éléments qui suivent:

Premièrement:

le discours sur la réconciliation turco-russe a débuté lorsque Binali Yildirim a repris le post du premier ministre Davutoğlu qui a démissionné / a été congédié. Il fut rapporté dans le Turkey Post (04/06/2016), une dizaine de jours après qu’il fut désigné comme premier ministre par Erdoğan le 22/05/2016; « Binali a annoncé que le nouveau gouvernement poursuivra ses efforts pour normaliser les relations avec la Russie et va intensifier la coopération avec l’ Iran ». Ce qu’il avait également mentionné dans le programme du nouveau gouvernement : « la Turquie continuera à œuvrer à la normalisation des relations avec la Russie à travers le dialogue ». Suivant cela, la communication a accéléré pendant le mois de juin 2016, puis les choses se sont déroulées d’une façon douteuse et étrange en termes d’une hâte frappante et de l’inconsistance des déclarations! Qui fut comme ce qui suit:

A) Malgré que la Turquie affirmait répétitivement que l’avion russe avait violé son espace aérien et donc qu’une telle violation ne mérite pas d’excuse, elle a présenté ses excuses le 27/06/2016:  »Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré: « Le président turc a exprimé sa sympathie et ses profondes condoléances à la famille du pilote tué, tout comme il a fait part de ses excuses », ajoutant qu’Erdogan avait dit :  » il fera tout ce qu’il peut pour rétablir les relations traditionnellement chaleureuses entre la Turquie et la Russie ». (Al-Arabiya News Network, 27/06/2016).

B) Et après que Poutine fut considéré comme l’ennemi bombardant les populations civiles et en particulier la population des montagnes turkmènes, la discussion avec ce dernier s’est permutée en une discussion chaleureuse. Erdogan a appelé Poutine le 29/06/2016 et « d’après des sources au sein de la présidence turque, l’appel téléphonique s’est déroulé dans une atmosphère extrêmement chaleureuse » (Al-Arabiyah Al-jadeed, 29/06/2016) …

C) Alors qu’auparavant la vision de la Turquie et de la Russie concernant la classification des mouvements armés en Syrie était totalement différente , les deux Etats ont convenu d’une vision commune. (… Dans la rencontre entre Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, et le ministre turc des Affaires étrangères le 07/01/2016 à Sotchi, le dossier syrien figurait parmi les dossiers les plus importants de la réconciliation entre les deux pays, et ils se sont mis d’accord autour de la guerre contre le terrorisme comme l’affirmait le ministre des Affaires étrangères  »…Sergueï Lavrov a nié qu’il y ait un quelconque désaccord entre Moscou et Ankara à propos de l’identificaton des terroristes en Syrie, confirmant la reprise de la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ») (Russia Today 01/07/2016)

Et l’accord russo-turque concernant l’identification des groupes terroristes en Syrie est un point qui attire l’attention, compte tenu des déclarations de la Turquie depuis quelques années soutenant l’opposition syrienne. Ceci est un nouveau développement à considérer.

D) Puis, il a été décidé d’organiser un sommet à la hâte entre le président Erdogan et le président russe Vladimir Poutine. Dans les faits, cette rencontre devait se tenir en septembre 2016 en Chine, durant le sommet du G20. Cependant, le ministre turc des Affaires étrangères, a fait l’annonce que la rencontre des deux présidents pourrait avoir lieu au mois d’août en Russie. L’agence d’informations Interfax a attribué au ministre des Affaires étrangères turc la déclaration suivante: « le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Erdogan vont se rencontrer en Août à Sotchi. Et de son côté, le ministre des Affaires étrangères russe a dit: nous espérons qu’il y aura des communications entre l’armée russe et turque en rapport avec la Syrie. » (Al-Arabiya.net

, 02/07/2016)

E) Le président russe Vladimir Poutine, après sa conversation téléphonique avec son homologue turc, a donné des instructions pour la levée des restrictions sur le tourisme et de normaliser les relations commerciales entre les deux pays. « Suite à l’appel téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et son contre parti turc, le président russe a ordonné que les sanctions soient soulevées de la Turquie dans le secteur touristique et il a ordonné à la normalisation des relations de commerces entre les deux nations. Poutine a demandé, à son premier ministre Dimitri Medvedev, de préparer des suggestions liées aux ajustements juridiques nécessaires qui formeront la base de la normalisation. » (Russia Today, 11/07/2016)

En ce qui concerne l’incohérence des déclarations:

A) L’annonce du premier ministre des Affaires étrangères turc le 04/07/2016 que son pays n’avait aucun problème à ce que la Russie utilise la base aérienne d’Incirlik à Adana afin de bombarder « les terroristes » en Syrie. Suite à cela, il renia sa déclaration. Et à la question: les avions russes vont-ils utiliser la base aérienne d’Incirlik, le ministre des Affaires étrangères rétorqua: « Je n’ai fait aucune déclaration indiquant que les avions russes viennent à la base ». (Al Jazeera.net

, 04/07/2016).

B) Le premier ministre turc Binali Yildirim annonce que son pays est prêt à payer une compensation à la Russie pour le préjudice qui a résulté de l’abattage de l’avion de guerre russe « S-24″. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a présenté ses excuses à son homologue russe Vladimir Poutine à propos de l’incident et il a appelé au retour des relations turco-russes à ce qu’elles étaient antérieurement. (Al-Ghad, 28/06/2016). Ceci fut ensuite démenti par le premier ministre turc Binali Yildirim  »il n’est pas question d’indemnisation ». Ensuite, le premier ministre Binali Yildirim, a déclaré dans une émission de la TRT  » Si nécessaire, nous allons payer une compensation, nous exprimons notre désir pour atteindre la normalisation des relations ».(BBC, 28/06/2016). Le maire de la ville côtière Kemer a proposé durant une visite du consul général russe, une maison à la famille du pilote décédé à Antalya. » (Russia Today, 01/07/2016)

Deuxièmement:

En prenant en considération tous ces points, il est possible de comprendre le motif derrière tout cela… Cette hâte et cette inconsistance indique que ce comportement n’est pas dû à des facteurs locaux (internes), autrement dit: la transition d’un positionnement opposé vers un autre avec une telle vitesse et une telle étrangeté n’aurait pas eu lieu. Cette précipitation et cette inconsistance, marque la volonté d’accomplir plutôt les intérêts vitaux de celui qui est à la commande … Quant à savoir celui qui commande cette affaire et de quel intérêt il s’agit ? La réponse n’est autre que les États-Unis pour cette affaire, et c’est l’intérêt en question est une solution politique séculaire pour le régime syrien. Les preuves qui nous poussent à cette affirmation sont les suivantes:

1. Les États-Unis ont dépensé un effort en vue de soutenir le régime syrien et soumettre et obliger les révolutionnaires à négocier avec le régime, afin de former un gouvernement en commun sur un fondement séculaire. Ceci fut entrepris par l’Iran, son parti au Liban (Hezbollah) et ses milices qui ont malgré tout échoué… Puis ce rôle fut endossé par la Russie, ses missiles, ses frappes aériennes et navires de guerre, encore une fois sans succès… Puis par les Saoudiens, par le biais de la formation d’une délégation de négociation incluant certains des groupes armés, mais cette tentative a également échoué… les États-Unis projettent maintenant que la Turquie sera en mesure de réussir là où les précédents ont échoué.

2. Le sujet primordial pour la réconciliation turco-russe était le dossier syrien puisque les deux cotés ont mis l’accent sur la nécessité d’une solution à la crise syrienne durant leurs rencontres et les déclarations supplémentaires mentionnent qu’il n’y avait aucun désaccord entre les deux partis vis-à-vis de la classification/identification des « groupes terroristes »: (… Dans la rencontre entre Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, et le ministre turc des Affaires étrangères le 07/01/2016 à Sotchi, le dossier syrien figurait parmi les dossiers les plus importants de la réconciliation entre les deux pays, et ils se sont mis d’accord autour de la guerre contre le terrorisme comme l’affirmait le ministre des Affaires étrangères  »…Sergueï Lavrov a nié qu’il y ait un quelconque désaccord entre Moscou et Ankara à propos de l’identification des terroristes en Syrie, confirmant la reprise de la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ») (Russia Today 01/07/2016). Et l’agence de presse « Russia Today » a recueilli les déclarations de Lavrov: « nous espérons que cela nous aidera à rechercher des points de vues communs afin de résoudre la crise syrienne avec plus d’efficacité… ». Et il a indiqué, en commentant sur la dernière rencontre avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, le mois dernier, que le dialogue durant le meeting était de nature franche en rajoutant: « Nous consulterons avec une plus grande franchise pour arriver à des accords dans le cadre de l’application des résolutions internationales du Conseil de sécurité et la communauté internationale, pour soutenir la Syrie « (An-naba’ Al-arabiy, 12/07/2016)

3. D’une manière très surprenante, révélant le niveau d’effritement de la Turquie, elle a annoncé qu’elle cherchera à élargir son réseau d’amis pour inclure le régime syrien: « Le Premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré que la résolution de la crise syrienne est possible mais si tout le monde fait preuve de sacrifices nécessaires en ce qui concerne cette crise. Yildirim a ajouté : «Nos partenaires stratégiques et nos partenaires de la coalition internationale doivent travailler pour panser la plaie syrienne ». Et il a affirmé que la Turquie va travailler à renforcer la sécurité de ses frontières et élargir son réseau d’amis, pointant à cet égard aux efforts visant à développer les relations de la Turquie avec tout le monde , y compris la Russie, l’ Irak, la Syrie, l’ Égypte, «Israël», les États-Unis et les Etats de l’ UE « . (Al-Jazeera.net, 07/05/2016) … Après ces déclarations vagues, s’ensuivirent des déclarations plus claires le 13/07/2016: Le Premier ministre turc Binali Yildirim a annoncé que la Turquie cherchera à rétablir des relations normales avec la Syrie » (Reuters et al Arabiya)

Troisièmement:

Les États-Unis veulent que le rôle turc soit de mettre une pression forte sur l’opposition syrienne afin de la faire revenir sur le sentier de Genève et d’opter pour une solution  »pacifique ». Ceci inclut de pousser l’opposition à cesser des « actions hostiles » en Syrie d’après la déclaration russo-américaine le 27/02/2016… La coopération turco-russe véhicule comme message, que s’il refuse de suivre le chemin des négociations, en l’opposition syrienne sera abandonnée. Le ministre des Affaires étrangères russe a dit :  »Nous espérons établir des coopérations entre les armées russe et turque concernant la Syrie. »(Al-arabiyah.net02/07/2016) … De plus, la Turquie ne s’oppose même plus à l’intervention russe en Syrie… Cette intimidation turque envers l’opposition syrienne a une influence sur une partie de l’opposition qui espère toujours recevoir l’aide de la Turquie, qui a cru qu’ Erdogan ne permettrait jamais un second Hama avoir lieu, et a gardé ses relations avec la Turquie. L’Amérique espère que ces groupes seront poussés dans les négociations avec le régime de Bachar Assad … Et il est possible que la Turquie, sous le prétexte de combattre le terrorisme et l’EI, permute de l’utilisation de moyens politiques vers l’utilisation de moyens militaires. Cependant, il est impossible de distinguer des autres groupes armés de l’opposition c.à .d. les mêmes argument et prétexte utilisés par la Russie lorsqu’elle bombarde l’opposition! La déclaration du ministre russe des Affaires étrangères sur la collaboration entre les armées russe et turque indique que c’est une possibilité.

Quatrièmement:

Obama veut agir comme son prédécesseur démocrate Clinton a agi lorsqu’il a dépensé ses efforts dans sa dernière année de son mandat, à réunir l’OLP (Organisation pour la Libération de la Palestine) et l’entité sioniste négociée pour obtenir une solution à la question palestinienne. Malgré qu’il ait échoué, il a été apte à rassembler Arafat et Ehud Barack… De la même manière, Obama tente de se rassembler à la même table, avec les opposants au régime, pour une solution afin d’entrer dans l’Histoire. Ainsi il dira avoir accompli quelque chose d’utile à la fin de sa présidence. Subséquemment, les États-Unis ont donné l’instruction à Erdogan de se réconcilier avec la Russie pour encourager et faciliter les bombardements sur les révolutionnaires en Syrie, afin d’augmenter la pression sur eux et de les pousser à négocier avec le régime.

Cinquièmement:

Par conséquent, la raison qui a poussé la Turquie à se réconcilier avec la Russie et de changer de position et permettre ainsi les négociations avec le régime d’Assad, ne représentent rien d’autre qu’une politique des États-Unis de nature urgente face à la situation en Syrie. Après que les interventions iraniennes et russes aient échoué, les États- Unis se sont hâté à pousser la Turquie au côté de l’Iran et de la Russie afin de préserver et de sauvegarder son influence en Syrie, pour au final, éliminer la nature islamique de la révolution syrienne… Cette coopération du gouvernement turc avec la Russie, qui n’a pas cessé de bombarder Aleppe et autres régions syriennes, doit ouvrir les yeux de ceux qui furent égarés enchantés par Erdogan et son régime. Ce qui révèle clairement la fausseté des déclarations trompeuses en soutien à la révolution syrienne ou contre l’agression russe etc… Toutes ces déclarations furent poussière dans le vent et se sont retournées contre eux-mêmes ! Et Ce n’est pas tout, la Turquie a repris ses relations chaleureuses avec l’entité sioniste, cette entité qui a occupé Al-Aqsa et les territoires bénis: (Ankara/Al-Quds Reuters – la Turquie et Israël ont signé un accord mardi afin de rétablir les relations après la rupture des liens qui a duré six ans … les relations ont été coupées entre Israël et la Turquie après une attaque par des soldats de la marine israélienne sur un navire transportant des militants turcs essayant de briser le blocus imposé sur la bande de Gaza en mai 2010, qui engendra la mort de dix d’entre eux … Selon l’accord, la Turquie pourra apporter des aides humanitaires à Gaza via les ports israéliens. Cependant, le blocus naval continuera sur la bande de Gaza en dépit de la demande de la Turquie pour qu’elle soit levée.

Ainsi Israël (qui s’est excusé pour avoir attaqué le bateau Mavi Marmara en 2010) est d’accord de payer une indemnisation de 20 millions de dollar aux familles des victimes et blessés. De même, l’accord exige que le Parlement turc ratifie nouveau projet de loi acquittant les soldats israéliens ayant participé à l’attaque.(Reuters, 28/06/2016). La réconciliation a eu lieu sur base des conditions de l’entité sioniste et le blocus de Gaza est encore effectif. Alors que la Turquie avait ,mis comme condition la levée du blocus. cependant la Turquie a accepté d’envoyer une cargaison d’aide à Gaza, afin de jeter de la poudre aux yeux des Palestiniens , via le port d’Ashdod ,sous la supervision complète de l’entité sioniste, puis être transportés à Gaza par des camions à travers l’entrer ‘Kerem Abu Salim’ !

C’est ainsi qu’Erdogan et son gouvernement, en ont repris l’amitié avec l’entité juive, qui occupe la Palestine et masjid Al-aqsa, sans même que la levée du blocus ait eu lieu. En outre, le parlement turc va ratifié la loi qui exempte les soldats assassins de toute peine en échange d’une poignée de dollars!!

C’est ainsi, que la Turquie collabore et on des  »discussions chaleureuses » avec la Russie, qui bombarde la Syrie jour et nuit. Certes, le ministre des affaires a demandé des communications entre les armées russes et turques par rapport à la Syrie!!

Finalement, nous ne disons pas tout cela puisque nous croyons que l’agent va se repentir , ou que les agents, les subordonnés, les adeptes de l’Occident vont libérer la Palestine ou la Syrie, mais nous disons cela plutôt:

« Pour dégager notre responsabilité vis-à-vis de votre Seigneur; et que peut-être ils deviendront pieux!  » ( VOIR CORAN : Al-A’araaf: 164)
un rappel pour ouvrir les yeux:

« Il y a bien là un rappel pour quiconque a un coeur, prête l’oreille tout en étant témoin. »

(VOIR CORAN:Qaaf: 37)

Quant à la libération de la Palestine ou la Syrie, alors il sera libéré par:
“des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l’invocation d’Allah ”(VOIR CORAN An-Nur: 37)

Par la permission d’Allah c’est une réalité proche:
“Et certainement vous en aurez des nouvelles bientôt! ».(VOIR CORAN: Saad:88)

Le 9 Shawwal 1437 H
14/07/2016

Traduit par l’Equipe de La Pensée Islamique
24/07/2016

Partager: