Que se passe-t-il actuellement dans la crise Syrienne ?

1169
0
Partager:

Question:

C’est la fin de la trêve planifiée par les USA et la Russie. Une trêve qui fut formée suite à de nombreux et longs pourparlers. Ces rencontres entre Kerry et Lavrov ont même parfois durée jusqu’à dix heures. Les Etats-Unis et la Russie se félicitaient que cette trêve était différentes des précédentes trêves et que cette fois si, les Etats-Unis allaient assurés la mise en œuvre de son côté et de la part de l’opposition… et que la Russie allait assurer l’exécution de son côté et du côté du régime syrien… mais la trêve fut brisée et les Etats-Unis et la Russie s’accusent mutuellement d’être responsable de l’échec de celle-ci ! Est-ce que cela signifie que le chemin notoire menant aux trêves est arrivé à son terme. Que se passe-t-il actuellement dans la crise syrienne ? Qu’Allah vous récompense avec tout le bien.

Réponse :

Le cheminement notoire conduisant aux trêves n’est pas encore achevé pour les États-Unis. Bien que les évènements actuels l’ont poussées à le réexaminer et le modifier, ce pourquoi la demande pour une ‘‘trêve’’ fut remplacé par un appel à un ’’ cessez-le-feu’’, afin de préparer le chemin a des bombardements plus intensifs en vue d’influencer les factions et le peuple, mais également pour que ceux-ci capitulent et acceptent les négociations entre le régime et l’opposition. Et tout cela sur fond de l’accord de trêve qui fut modifié, ce dont les États-Unis sont en train de préparer durant cette rupture ! Puisque, Obama souhaite mettre fin à son mandat en ayant solutionné quelque peu la question Syrienne, ou au moins de rassembler le régime et l’opposition autour d’une même table, ainsi il dira avoir accompli quelque chose d’utile à la fin de sa présidence. Tout comme son prédécesseur démocrate, Clinton, qui avait dépensé ses efforts dans sa dernière année de mandat, à réunir l’OLP et l’entité sioniste, pour solutionné la question palestinienne. Malgré que Clinton n’a pas pu réaliser son souhait, Obama n’en tiens pas compte, et croit qu’il peut réussir là où ses prédécesseurs ont échoué! Néanmoins, il ne sait pas que son échec est et sera supérieur à celle de ses prédécesseurs! Afin de clarifier cette question, les éléments suivants doivent être pris en considération:

1. Les Etats-Unis ont cherché à mettre en place la trêve sérieusement, quand la Russie et le régime ont imposé un blocus complet sur Alep, après qu’ils sont parvenus à contrôler des parties primordiales de la route de Castello grâce aux bombardements intensifs russes et du régime ; les raids aériens furent permanents et intenses. Le correspondant d’Al-Jazeera a rapporté le 07/07/2016 ; « le nombre de raid aériens par les avions Russes ou les avions du régime sur Alep ont excédé la centaine… » Ce qui a permis au régime de regagner le contrôle sur la route après le repli de l’opposition. Le correspondant d’Al-Jazeera a rapporté, en citant les sources militaires syriennes que les combattants de l’opposition syrienne se sont replié des positions sous leurs contrôles dans la proximité de la route de Castello au nord d’Alep pour des raisons stratégiques… » (Al-Jazeera, 10/07/2016). Puis les raids aériens intensifs ont suivi, ce qui a mené à ce que les forces du régime syrien soutenues par la Russie, l’Iran (et ses milices), a l’imposition d’un siège sur Alep, le 26/07/2016, les forces du régime syrien ont renforcé le siège sur les quartiers de l’est d’Alep après avoir pris le contrôle du complexe Castello au nord de la ville mardi… » (Al-Jazeera, mercredi, 27/07/2016)… C’est dans cette atmosphère, et pendant une rencontre entre les secrétaires d’état des USA avec le ministre des affaires étrangères russe à Vientiane, la capitale du Laos le 26/07/2016, que Kerry a promis aux journalistes qu’il sera en position de leurs (c.à.d. aux journalistes) annoncer des étapes positives pour changer le statut de la guerre en Syrie, dans le début du mois d’Aout 2016. Apres avoir été assuré par l’avancé du régime sur la route Castello avec le soutien de la Russie et l’Iran et ensuite le siège d’Alep, Kerry voulait approuver la trêve lorsque ce blocus prendrait place.

2. Mais cela n’a pas été le cas en raison de la sévérité des opérations militaires menées par les révolutionnaires dans le sud d’Alep, durant lequel ils furent capables de briser le siège au niveau du plus grand bastion au sud d’Alep et des collèges militaires. Ceci a eu lieu après que les révolutionnaires sont parvenus à prendre le quartier de Ramouseh au sud d’Alep. Ces évènements ont perturbé les plans américains, qui voit que la neutralisation de la révolution syrienne ne peut se faire qu’en se focalisant sur ses bastions les plus forts et les plus chauds à Alep. L’Amérique et la Russie en furent enragé, la Russie a décrit les opérations des révolutionnaires par le biais de son ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov comme « des actes honteux », ce qui démontre que la Russie et les USA ont cru qu’ils avaient avorté la révolution en Syrie, et l’avaient canalisé vers sa fin.

3. Afin d’assurer le succès des plans américains, qui reste concentré sur Alep, il fallait ré-imposer un blocus sur elle. Pour ainsi faire, les USA ont œuvré sur deux axes :

Premièrement: l’entrée de l’armée Turque au nord de la Syrie, avec point de départ la région de Jarablus, ces opérations militaires furent annoncé par la Turquie sous l’appellation « le bouclier de l’Euphrate ». Les révolutionnaires « loyales a la Turquie » furent invités au sud d’Alep à combattre l’EILS, qui n’est qu’un prétexte pour affaiblir et éloigné les révolutionnaires des réels fronts de combats a l’intérieur d’Alep et de la sorte ouvrir de nouveaux fronts de combats interne.

Deuxièmement : la mobilisation de plusieurs milliers de partisans de l’Iran et les envoyez au sud d’Alep, et s’en ai suivi des déclarations de son parti au Liban (Hezbollah) d’envoyer les « troupes d’Elite », tout comme le mouvement irakien An-Nujaba’. Au moment même, la Russie a procédé à une intensification significative des raids aériens sur la zone de Ramouseh …

Avec ces deux axes, les USA ont permis au régime et ses alliés de réinstaurer le blocus sur Alep, et de placer le quartier de l’est sur la table des négociations conspirationnistes sous des dénominations tel que « frapper les terroristes » et « l’aide humanitaire au civils d’Alep ». Le moment était approprié pour l’Amérique de déclarer son accord avec la Russie et la mise en place de la « cessation des hostilités », ce qui s’est déroulé lors d’une rencontre des deux ministres des affaires étrangères à Genève, qui a duré plus d’une dizaine d’heures. Pendant cette rencontre le secrétaire d’état des USA, John Kerry, était en contact avec les départements de sécurité, spécialement le Pentagone à Washington, pour veiller à ce que la demande russe pour la mise en œuvre des opérations conjointes et publique contre les groupes qui ne se tiennent pas au ’cesser le feu’, soient approuver.

4. L’Amérique et la Russie ont annoncé la date du 12/09/2016 comme étant la date de « cessation des hostilités » en Syrie après qu’ils furent assurés que l’armée du régime et ses alliés ont instauré un nouveau siège sur Alep… Cette date marquait aussi le premier jour de l’Eid ul Adha, et ceci afin d’exploiter la notion de l’Eid pour améliorer les chances d’acceptation d’un ’cesser le feu’ en Syrie.

5. L’Amérique adopta une approche conséquente sur le résultat de cet accord et sa mise en application. Le secrétaire d’état Kerry avait caractérisé l’accord russo-américain, par les mots suivants : ‘’ cela peut être la dernière chance que l’on ait de sauver une Syrie unie …’’ (Al-Jazeera, diffusion en direct du discours de Kerry, 12/09/2016), pour se servir de ‘la cessation des hostilités’ comme un prélude à la canalisation de la question syrienne vers les négociations de Genève… de l’autre côté, ce plan atteindra, en coïncidant avec les élection américaines, des gains politiques au parti démocrate, ces gains sont les raisons pour lesquels l’administration d’Obama se hâte a ‘résoudre’ la crise syrienne en Syrie. La Russie, quant a elle, se réjouissait d’un proche enclenchement des opérations militaires conjointe avec l’Amérique, ce qui est une ancienne requête russe, qu’elle perçoit comme une exigence pour continuer à servir les objectifs américain en Syrie. Une sorte de garantie avant la prochaine politique de l’administration des USA, qui va succéder à celle d’Obama.

6. Cependant les événements se sont développés dans le sens opposé aux souhaits américains, et principalement deux éléments qui ont déjoués les calculs, à savoir :

Premièrement : malgré tous les crimes accomplie par les USA en Syrie, que ce soit d’une manière directe par sa coalition ou par le biais de ses alliées , la Russie, l’Iran (accompagné de ses milices en Irak et de son parti au Liban), malgré l’accord sur la trêve qui fut en vigueur durant le siège suffocant, particulièrement à Alep, malgré tout ce concours de circonstance qui a fait croire aux Etats-Unis que le peuple syrien serait prêt à accepter le traité ; il n’en fut rien. Que du contraire … des manifestations ont eu lieu sous le blocus, sous la pénurie alimentaire, et mêmes sous les bombardements. Des manifestations dénonçant l’accord portant sur la trêve, ce qui a encouragé un bon nombre de factions a le refusé et également de déclaré qu’ils ne sont pas concernés par celui-ci, et ce même lorsqu’ils ne s’engageaient pas dans les fronts ! D’autres factions ont récusé les plans de l’Amérique et son accord avec la Russie concernant les frappes commune contre les groupes qu’ils ont étiqueter comme «terroristes », et d’autres factions ont totalement refuser l’accord… non seulement cela mais encore, les mouvements de pression provenant du peuple ont empêchés les factions pro-américaines de montrer leurs position en faveur du plan et les ont forcé à dissimuler leurs positionnement, ce qui a rendu l’Amérique consciente que cette accord ne pouvait être réalisable fasse a un tel rejet.

Mais, ce qui a rendu les autorités américaines fou furieux durant sa tentative d’appliquer la trêve, fut le rejet flagrant de certaines sections de l’opposition, a rencontrés les membres des forces spéciales US au nord de la Syrie, après qu’Erdogan avait déclaré le début de la troisième phase du « Bouclier de l’Euphrate », avec la participation de troupes américaines. Les troupes américaines furent introduites au nord de la Syrie… L’Amérique fut surprise par ce rejet manifeste provenant de l’opposition, non seulement de ce qu’elle avait désigné comme l’opposition extrémiste, mais aussi par ce qu’elle nomme l’opposition modéré. Ils ont refusé de combattre au côté des forces spéciales US et ce refus fut accompagné par des cris et slogans désignant les forces US comme étant des « croisées ». Les médias ont rapporté l’évènement le 16/09/2016 : (un extrait de vidéo circulait sur les comptes Twitter d’activistes et de journalistes montrant ce qui a l’air d’être des soldats des forces spéciales US quittant le village d’Ar-Ra’i, à Alep, après avoir subi des insultes provenant de combattants dont on suppose qu’ils appartiennent à l’Armée Syrienne Libre. Cette vidéo viens dans un moment où le Wall Street Journal avait cité des responsables américains, affirmant que le président Barack Obama avait accepté d’envoyer une quarantaine des forces d’opérations spéciales en Syrie afin de travailler ensemble avec les forces Turques au nord de la Syrie… dans l’extrait vidéo pris dans le village d’ Ar-Ra‘i, montre des combattants hurlant des slogans hostiles aux Etas-Unis, lorsqu’un convoi transportant les troupes US traversait le village… on entend un homme dire, « les Américains n’ont pas de place parmi nous… ils veulent lancer une croisade pour occuper la Syrie »… (Site web Al Bawaba, 16/09/2016). Cet incident fut également rapporté par le journal le Daily Telegraph (16/09/2016).

C’était la première chose qui a fait voire à l’Amérique qu’elle avait besoin d’un ‘cesser le feu’! Afin d’augmenter les bombardements en représailles au peuple syrien, qui se sont levés face aux crimes et plans américain. L’Amérique pense qu’en augmentant les bombardements elle parviendra à les soumettre, mais elle sera déçu, inchaAllah.

Deuxièmement, l’accord portant sur la trêve était non seulement une solution militaire, mais aussi une solution politique, Obama se hâte de marquer la fin de son mandat avec une solution en Syrie pour préserver l’influence des Etats-Unis, et pour qu’il devienne son héritage, mais également pour aider la candidate démocrate aux élections … aidant ainsi le candidat démocrate aux élections présidentielles… il fut mentionné dans les journaux que l’accord est constitué de cinq documents : deux de ceux si concerne la cessation des hostilités et l’aide humanitaire, ceux si furent publié… Les Etats-Unis avaient refusé de révéler les trois autres documents parce qu’ils semblent se relater à la solution politique et ils sont susceptibles de révéler la tromperie américaine à l’opposition modérée. Il ne serait pas surprenant d’y trouvez que le tyran Bashar al Assad restera à la tête du gouvernement intérimaire jusqu’aux élections et voire même au-delà !

Par conséquent, l’Amérique ne veut pas qu’ils soient révélés jusqu’à la fin des opérations militaires et des secours humanitaires. L’Amérique était dans une entente avec la Russie sur cette question. Cependant, il semble que les Etats-Unis ont oublié l’Europe, qui fut mis de côté par l’Amérique dans les évènements en cours en Syrie, ne ménagera aucun effort pour troubler l’eau dans la moindre opportunité. Malgré qu’il est connu que l’Europe n’a pas de rôle actif dans la crise syrienne, elle pourrait embarrasser les Etats-Unis… et c’est ce qu’il s’est passé ! L’Europe a tenté d’exploiter ce point : La France a demandé tumultueusement a l’Amérique de communiquer les termes de l’accord russo-américain sur le cessez-le feu en Syrie … « Le ministre français des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault avait dit le Jeudi 15 Septembre que la France souhaite voire le texte de l’accord russo-américain sur le cessez-le feu en Syrie pour éviter toute confusion dans les frappes par rapport aux cibles sur le terrain… » (Deutsche Welle, 15/09/2016 /Le Figaro).

Il semble que les européens ont délibérément embarrassé les USA et la Russie, en soulignant que l’accord contient des éléments dangereux! Même la Russie fut affectée et tenta de s’y échapper ! Elle demanda une session d’urgence dans le conseil de sécurité afin de fournir une couverture onusienne à l’accord russo-américain. Zakharova – porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères – expliqua que l’objectif de Moscou est cette exigence importante, en notant que ‘’ l’accord es composé de plusieurs documents, qui furent adoptées, et un accord fut conclu durant le processus des négociation… et que le côté Russe au début des négociations, et durant celle si, et après avoir atteint un accord finale, avait déjà appelé les américains à publier ces documents; afin que ces accords ne deviennent pas sujet à des spéculations , » (Arabic21, 16/09/2016)

Mais la session d’urgence du Conseil de Sécurité la nuit du 16/09/2016 fut annulé suite à l’insistance des USA à ne pas dévoiler les termes de l’accord, et bien sûr que la Russie ne peut le dévoiler à elle seul puisque ses opérations en Syrie se font avec le consentement de l’Amérique !

En raison de ce deuxième problème et pour éviter l’embarras causé, les Etats-Unis a décidé de reformuler l’accord de trêve. De la sorte Obama se contentera d’un accord minime qui mènera à une solution, même si ce n’est qu’une rencontre entre le régime et l’opposition. Ainsi le nouvel accord n’inclura pas des détails embarrassants !

7. En tenant compte de ses deux conditions, face auxquelles elle se trouve, l’Amérique à décider de faire « une pause dans la trêve » pour intensifier les opérations de bombardements afin d’influencer les factions et le peuple à accepter une nouvelle rencontre entre le régime et l’opposition. Pour justifier la rupture de cette trêve pour une période de temps, et repoussez la suspicion que l’Amérique est la cause de la rupture de la trêve et des bombardements intenses qu’elle a machiné avec la Russie et le régime ; les USA ont pris les mesures suivants :

a. Ils ont annoncés à la Russie “qu’il est difficile de différentier l’opposition modéré et les “terroristes” en Syrie… » (Al-Hadath Channel, 19/09/2016).

b. Ils ont poussé le régime à déclarer la fin de la trêve. Ensuite le régime, avec l’aide de la Russie, a opérer aux bombardements des opposants. Ce qui fut relayé par différentes agences médiatiques: “Les forces du régime Syrien ont annoncé, ce lundi la fin de la trêve, qui a duré sept jours et qui fut agencé par l’Amérique et la Russie sans une référence quelconque à une possibilité de reprise… » (Al-Jazeera, 19/09/2016)

c. Elle a mise en scène une dispute avec la Russie, et chacun a accusé l’autre d’être la cause de l’échec de la trêve: « Le département d’état des USA a déclaré en ce qui concerne les violations flagrantes du cessez-le-feu : ‘’les Etats-Unis vont réévaluer toutes les relations futur avec la Russie sur la question Syrienne’’… » (Al-Jazeera.net

, 20/09/2016). La Russie et les US se sont échangées des accusations pendant des jours sur l’entrave à l’application de l’accord, Moscou affirmait que Washington n’avait pas remplis ses obligations concernant la trêve, spécialement dans la stipulation du lieu où se trouve les factions de l’opposition et les éléments du Front Fath Ash-Shaam, tandis que Washington menaçait de mettre fin a la coordination militaire avec la Russie dans l’absence de l’introduction de l’aide humanitaire aux lieux sous le blocus… » (Gulf Online, 24/09/2016)

d. L’Amérique a initié un désaccord entre le Pentagone et le ministère des affaires étrangères. Le Pentagone a contesté les termes de la trêve, comme si cela avait eu lieu sans la connaissance préalable du Pentagone ! Noter que les négociations eurent lieu sous leur écoute et leur ouïe, si il souhaitait vraiment le contester, ils auraient pu le contester avant, et non pas après la trêve. Alors que cette trêve fut instauré le 12/09/2016, et fut prolongé le 14/09/2016 avec l’accord du Pentagone ! « …après l’annonce de l’accord de la prolongation de la trêve en Syrie pour 48 nouvelles heures, un journaliste d’Al-Arabiya à Washington avait rapporté que le Pentagone avait accueilli cette prolongation le mercredi soir… Le ministre des affaires étrangères russe et américain ont annoncés mercredi, la décision de prolonger le cessez-le-feu 48 heures de plus malgré les violations qui ont eu lieu depuis la nuit du lundi, qui était le premier jour de mise en œuvre de la trêve… » (Al-Arabiya, 15/09/2016).

8. Donc, le cessez-le-feu en Syrie fut officiellement brisé le lundi 19/9/2016, après six jours, moins d’une semaine après son institution par l’Amérique et la Russie, et il fut convenus que les USA et la Russie allait bombarder conjointement les révolutionnaires en Syrie, sous la dénomination à la mode « la guerre contre le terrorisme ». Ils ont instauré une pause de la trêve et a augmenté bombardements, entre temps ils ont amendé la trêve précédente, par une nouvelle trêve, imaginant qu’ils pourraient arranger une nouvelle rencontre entre le régime et l’opposition avant la fin de mandat d’Obama…

Voilà ce qui se passe actuellement, et ce que l’Amérique et de ses alliances et hommes de main se préparent à réaliser … C’est ce qu’ils clament. Cependant, la réalité de la situation est que la crise syrienne est une épine, mais une épine dans la gorge d’Obama, et de ses successeurs et de ses disciples, bien qu’il ait dit auparavant au cours d’une période où il était plus fort qu’aujourd’hui, et qu’il avait plus de temps qu’aujourd’hui. Cependant, le président américain Barack Obama avait avouer dans un discours sur les difficultés qu’il a heurté à la Maison Blanche : ‘’Je pense que mes cheveux blancs sont dus à la Syrie » … déclaration faite le jeudi 4 Août, lors d’une conférence de presse après avoir un meeting avec le Conseil National de Sécurité et les leaders militaires au Pentagone. Il est probable qu’il utilisera des mots plus dures pour décrire l’impact de la crise syrienne, lorsqu’il quittera sa maison noire, en disant : « la Syrie ma tué »… Il a le droit d’émettre de telles déclarations, bien que la Syrie est dépourvue de conflit international, l’Amérique est dans le contrôle à l’échelle internationale où il utilise la Russie et touche l’Europe, ainsi que dans le contrôle régional, les États agissant comme la Turquie, l’Arabie Saoudite et l’Iran , sont pro-Amérique, et il est également dans le contrôle du régime, et dans certaines factions … Cependant, L’Amérique ne fut pas capable avec toutes ses alliances et ses partisans de mettre en œuvre ses plans en Syrie…, Ce n’est pas surprenant qu’Obama devienne « hystérique » à cause de l’échec de ses objectifs, et mêmes ses forces spéciales qui furent introduites en Syrie avec les soldats Turques, ils ne pouvaient pas tenir sur leur propres pieds en terre Syrienne, mais ils se sont enfuit obstinément sous les cris de condamnations, et de qui ? Des factions qui furent entrainé et équipé par l’Amérique et qu’il pensait qu’ils s’étaient rendu à elle.

Tout ceci est parce que la Syrie et le peuple Syrien ont des sentiments islamiques débordantes, et sont affectés par des forces sincères qui leur fournissent de la conscience et la perspicacité, les poussant à tenir face aux collaborateurs, aux traitres, aux maitres coloniaux et aux Etats avides des terres des musulmans… qu’en sera-t-il lorsque les idées de l’islam couleront en eux, et qu’ils seront motivés par un leadership sincère et loyal a l’islam ,qui établira sur eux la parole du messager d’Allah (saw) dans le hadith que At-Tabarani a transmis dans le grand « mu’jam », Salamah bin Nufail a dit : Le messager d’Allah (saw) a dit : «عُقْرُ دَارِ الْإِسْلَامِ بِالشَّامِ» «la demeure finale de l’islam est à Shaam »

Et puis le soleil de l’état islamique se lèvera au-dessus d’eux, la khilafah bien guidé, un khilafah de véracité et de justice, qui les replacera en tant que maitres du monde de nouveau, donnant la gloire à l’islam et son peuple, et humiliant le koufr et son peuple, et certes Allah Exalté est capable de cela :
﴿وَيَوْمَئِذٍ يَفْرَحُ الْمُؤْمِنُونَ * بِنَصْرِ اللَّهِ يَنْصُرُ مَنْ يَشَاءُ وَهُوَ الْعَزِيزُ الرَّحِيمُ﴾
‘’…et ce jour-là les Croyants se réjouiront du secours d’Allah. Il secourt qui Il veut et Il est le Tout Puissant, le Tout Miséricordieux.’’(Ar-Rum/4-5)

H. 23 Dhul Hijjah 1437
M. 25/09/2016
Traduit par l’Equipe de La Pensée Islamique

Partager: