Avons nous abandonné Alep?

2069
0
Partager:

Le journal de ce matin a de nouveau évoqué Alep et le massacre qui s’y déroule. Un médecin parlait des blessures horrifiques dont souffrent les gens. Les bombardements russes ont repris et des milliers sont tués, assiégés et à court de vivres. Des images de bâtiments bombardés que nous voyons régulièrement à la télévision rendent difficile d’imaginer que des gens survivent toujours au milieu de ces dévastations alors que les journées passent sans l’aide du monde musulman afin d’arrêter Bashar de tuer des hommes, des femmes et des enfants. Notre oumma a-t-elle abandonné Alep ?

 D’après Abdallah Ibn Omar (qu’Allah les agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Le musulman est le frère du musulman, il n’est pas injuste avec lui, il ne l’abandonne pas. Celui qui s’occupe du besoin de son frère, Allah s’occupe de son besoin. Celui qui soulage un musulman d’un souci, Allah le soulage d’un souci parmi les soucis du Jour de la Résurrection. Et celui qui couvre un croyant, Allah le couvrira le Jour de la Résurrection ».

 Pendant que nous proclamons que les habitants d’Alep (de la Birmanie ou le Kashmir) sont nos frères, nous échouons à nos devoirs fraternel : de les aider et de les délivrer de leur souffrances en envoyant une armée qui pourrait mettre fin à l’armée de Bashar. Dans la plupart du monde musulman, la vie continue avec peu d’interruptions dans le bulletin de journal ou dans le sermon du vendredi. Les festivals, le tourisme et les autres aspects de la vie publique et les discussions continuent comme d’habitude.

Faite des dou’a

C’est une des réponses apportées par les gens : de faire des invocations. Comme si rechercher l’aide d’Allah était réduit à se limiter à demander et que le fait de faire des invocations excluait le fait d’élever nos voix avec fermeté et de demander que les armées dans les territoires musulmans se mobilisent afin d’aider notre oumma en Syrie. La mort de nos frères et sœurs n’est-elle pas une question de vie ou de mort qui demande des gouverneurs qu’ils mobilisent et envoient leurs armées afin de les libérer ?

De plus, l’on nous fait sentir que nous sommes impuissant et que l’on n’a le choix sinon de faire des invocations et espérer que la situation s’améliore. Les gouverneurs de l’Arabie-Saoudite, de la Turquie et des autres pays musulmans font ceci publiquement en demandant que aux Nations-Unies ou à « la communauté internationale » d’agir afin de résoudre cette crise. Ce qui implique qu’ils n’ont pas la capacité d’agir afin d’arrêter le sang de couler et que seules les forces étrangères peuvent le faire ! En réalité, les forces étrangères ne font qu’empirer les choses et servent uniquement leurs intérêts lorsqu’ils interviennent dans les territoires musulmans. Ces mêmes forces étrangères sont en train de soutenir Bachar aujourd’hui. La Syrie est dans le cœur des territoires musulmans et la capacité d’éteindre le feu se trouve dans les pays musulmans avoisinant comme la Turquie, l’Arabie Saoudite et la Jordanie. Pas dans les pays étrangers.

Les gouverneurs sont capables d’envoyer des troupes et des avions afin de libérer notre oumma en Syrie. Apres tout, les gouverneurs Saoudiens envoient leurs avions pour bombarder les populations au Yémen, cependant il refuse d’envoyer des avions pour bombarder les forces de Bachar en Syrie. Les gouverneurs Turcs ont envoyé leurs troupes et leurs avions en Syrie pour confronter les kurdes mais ne peuvent pas le faire pour libérer la population d’Assad. Pourquoi ? Les deux gouvernements citent leur « intérêt national ». Il est donc clair qu’ils ne donnent pas d’intérêt à ce hadith qui ordonne au musulman d’aider un autre musulman. Il est donc clair que les gouverneurs ont abandonné la Oumma à Alep (ainsi qu’en Birmanie et tant d’autres lieux).

Est-ce que cela absous le péché du reste parmi nous ? Non ! Nous sommes ordonnées d’ordonner le convenable (al ma’rouf) et d’interdire le blâmable (al mounkar). Aussi longtemps que nous avons une voix et de l’oxygène dans nos poumons, nous devons continuer a élever notre voix afin de mettre un point à l’inaction des gouverneurs et de mobiliser tous les musulmans de manière forte pour obliger leurs gouverneurs à envoyer les armées afin de sauver notre oumma en Syrie. Et nous n’avons pas le droit de nous reposer jusqu’à ce qu’ils le fassent d’eux-même ou qu’ils soient évincés de leur trône. Sinon que diront-nous à Allah SWT ? Nous ne pouvons nous permettre de rester spectateurs.

Partager: