La da’wa a l’islam (2/5): l’objectif de la da’wa

1910
0
Partager:

Introduction

Dans l’article précédent, nous avons défini que la da’wa de l’islam est d’appeler et d’inviter les gens à l’islam. Le porteur de la da’wa tente de les persuader de la véracité de l’islam pour éveiller en eux un intérêt afin d’encourager leur entrée en islam. Les paroles du porteur de la da’wa doivent argumenter sur la véracité de l’islam et sur les mensonges de toutes les autres croyances. Nécessairement, les actes du porteur de la da’wa doivent être les preuves de ce à quoi il appelle, par ses paroles. Le da’i (porteur de la da’wa) doit vivre réellement et complètement l’islam, car c’est de cette façon qu’il témoigne de ses convictions islamiques.

Le Coran nous a révélé par de nombreuses façons qu’il incombe au musulman d’œuvrer pour la da’wa de l’islam. Le Coran rappelle à l’Homme que le messager Mohammed (saw), qui incarne l’exemple à suivre sur terre, était avant tout un da’i en l’islam. Le Coran invite les gens à témoigner de l’islam, à transmettre l’islam, à donner le bon conseil par l’islam, à enjoindre par l’islam, à apporter la bonne nouvelle aux autres et à les éclairer, à ordonner le convenable et à interdire le blâmable. Tous ces actes-là font partie de la da’wa.

En réalité, La da’wa en l’islam fait partie des actes les plus importants de ce bas monde. Chaque musulman doit en être imprégné et en faire sa raison de vivre. La raison d’existence du da’i est de porter da’wa. De plus, l’islam a besoin de cette da’wa afin de se propager, d’avoir de l’influence dans la vie des gens, d’une façon utile et pratique.

L’objectif de la da’wa de l’islam

Sachant que l’islam est le seul mode de vie provenant du créateur, l’objectif de la da’wa de l’islam est premièrement de guider vers la foi (imaan) en islam c.à.d, la conscience qu’Allah (swt) existe réellement et que Mohammed (saw) est son messager. Ensuite l’Homme doit être guidé à la piété (taqwa), qui comporte la crainte d’Allah (swt) par lequel le croyant se hâte vers ce qui engendre l’agrément d’Allah et se tient à l’écart de ce qui engendre à sa colère, comme fut éclairci par le messager d’Allah Mohammed (SAW). L’exemple du messager Mohammed (saw) nous prouve qu’afin de réaliser cela, il faut plus que l’appel à l’imaan et la taqwa, et plus encore que le comportement qui démontre l’imaan et la taqwa.

La conscience de la réalité de l’existence d’Allah (swt) et que Mohammed (saw) est son messager, c.à.d. la foi (imaan) d’une personne, peut fluctuer. Parfois, cette conscience est fortement présente chez la personne, de ce fait la pensée à Allah (swt) prédominera. Parfois, cette conscience est affaiblie dans la personne, elle sera donc prédominée par la pensée d’autres choses qu’Allah (swt). (Exemple : le travail, les études,…)

Lorsque la foi (imaan) est forte, la personne aura la taqwa c.à.d, elle se tiendra aux ordres et aux interdictions d’Allah (swt). Alors que quand la foi (imaan) est faible, la personne pense à autres choses, et donc cette personne sera facilement séduite vers la désobéissance d’Allah (swt) et la transgression de sa Shari’a.

Puisque la conscience que nous avons d’Allah (l’imaan) et la piété (la taqwa) fluctuent, il est impératif de créer des circonstances qui les font croître, afin de défaire de l’incrédulité et la désobéissance à Allah (swt). Pour cette raison, le messager Mohammed (saw) n’a pas uniquement appelé à avoir l’imaan et la taqwa, mais il a également travaillé à la création de circonstance qui motive l’imaan et la taqwa.

Le messager Mohammed (saw) visitait les gens dans leurs demeures, aux marchés et dans tous les lieux possibles, pour les informés qu’ils furent ordonnés par Allah, d’adorer nul autre que lui et de n’associer rien à lui. Il invita les Hommes à l’islam, à l’imaan et la taqwa, il se tint donc à l’ordre d’Allah (swt) :

Lève-toi et avertis.” (S. 74, v. 2)

En parallèle, il visita les leaders des tributs. Il commença d’abord par ceux de Qoraish à la Mecque, ensuite la tribu de Thaqief dans la ville de Taief, puis encore d’autres tribus qui vinrent à la Mecque : comme Banou Kinda, Banou Kalb, Banou ‘Aamir et Banou Hanifa. Il les invita tous à l’islam, à l’imaan et la taqwa. Le messager Mohammed (saw) les incita à le prendre comme leader, afin d’appliquer sur eux et dans leur société les lois d’Allah (swt), c.à.d. à établir l’État islamique. Chacune de ces tribus avait leurs propres raisons pour refuser l’établissement de l’État islamique dans leur société. Après eux vinrent les tribus de la ville de Yathrib (Médine) : Banou ‘Aws et Banou khazradj. Dans la ville d’al ’Aqaba, ils donnèrent le serment d’allégeance au messager (saw), comme fut transmis dans les nombreux livres de siera (biographie). Le messager d’Allah avait dit aux leaders de Banou ‘Aws et Banou Khazradj qui représentaient leurs tributs à al-’Aqaba : « Je vous appelle à l’allégeance, sous laquelle vous me protégerait comme vous protégeriez vos femmes et enfants ». Un des leaders de Yathrib, Al-Baraa, prit la main du messager d’Allah pour lui donner allégeance et dit : « Nous donnons notre allégeance, O messager. Par Allah, nous sommes des gens de la guerre, par les armes transmises de père en fils ». Pendant que Al-Barae était en train de parler, il fut interrompu par Abou al-Haytham bin Al-Tayhan et celui-ci dit : « O messager, nous avons des liens avec des tribus juives, et si nous brisons ces liens et qu’Allah vous donne la victoire, retourneras-tu vers ton peuple et nous laisseras-tu ? ». Le messager Mohammed (saw) a souri et répondit : « Non, votre sang est mon sang, ce qui est saint pour vous l’est pour moi. Je suis de vous et vous êtes de moi. Je combattrais ceux qui vous combattent, je ferais la paix avec ceux qui sont en paix avec vous ». Al-Abbas bin ‘Oubada l’a interrompu et dit : « O gens de Khazradj ! Réalisez-vous, ce à quoi vous vous engagez en donnant allégeance au service de cet homme ? Cela signifie de combattre et d’affronter tout et tous ensemble. Si vous pensez abandonner le messager (sws), après la mort de vos nobles et après avoir perdu vos biens, faites-le maintenant par Allah ! Si, vous le faites plus tard, ce sera une honte pour vous dans ce monde et le prochain. A l’inverse, si vous pensez être loyale à votre engagement même si vous perdiez vos biens et que vos nobles se fassent tuer, alors prenez-le, Par Allah ! Ce sera plus bénéfique pour vous dans ce monde et dans l’au-delà. Ils acceptèrent le messager d’Allah sous ces conditions et ils demandèrent : « Qu’en est-il pour nous, O messager d’Allah, en échange de notre loyauté ». Messager Mohammed (saw) répondit confiant : “le paradis (Al Jannah) ”. Ils tendirent leurs mains et le messager (saw) aussi, et ils prononcèrent l’allégeance par ces paroles : « Nous promettons d’obéir dans l’aisance et dans la gêne, que ce soit contraignant ou facile, et de toujours prononcer la vérité, et qu’au service d’Allah, nous ne craignions nullement le blâme des accusateurs. »

Après avoir donné le serment au messager d’Allah, Mohammed (saw) dit : « présentez- moi douze leaders qui ont le dessus dans les affaires de vos gens ». Ils vinrent avec neuf personnalités reconnues d’Al-Khazradj et trois d’Al-‘Aws. Mohammed (saw) leur adressa ces mots : « vous êtes les protecteurs de vos tribus comme les compagnons d’Iesa, fils de Mariam, l’étaient pour eux. Moi, je le serai pour la mienne (muhâjirûn) ». Puis ils s’en allèrent vers Médine. Après cet événement, le messager (saw) ordonna aux musulmans de la Mecque d’émigrer vers Médine par petits groupes, et ils commencèrent à le faire. Yathrib devint un État islamique, porta le nom d’Al-Madina Al-Moenawwara, le lieu, où les lois d’Allah (swt) sont mises en application. Le lieu où les circonstances furent créées par le messager, pour faire croître l’imaan et la taqwa dans la vie des Hommes. Cela prouve que l’objectif de la da’wa de l’islam doit être d’encourager les Hommes à l’imaan et la taqwa, il faut créer les circonstances qui font croître l’imaan et la taqwa pour nous écarter de la désobéissance d’Allah (swt) et de la transgression de sa Shari’a.

L’importance de l’État islamique (al-khilafa) pour la da’wa de l’islam

Le travail pour le rétablissement et la préservation de l’État islamique (al-khilafa) est une composante fondamentale à la da’wa de l’islam. Par ce biais, l’État islamique (al-khilafa), va créer les circonstances pour amplifier l’imaan et la taqwa pour ainsi s’écarter du koufr et du foudjour (la transgression). Premièrement, le khilafa procure, à l’imaan et la taqwa, un aspect pratique dans la vie. Ensuite, elle protège et encourage l’imaan et la taqwa.

Le khilafa est l’entité qui met en application les lois d’Allah (swt) pour donner cet aspect pratique de l’imaan et la taqwa afin de pousser à son amplification. Al-khilafa facilite et donne la motivation aux gens pour agir d’après la taqwa, tandis que les actes qui font partie du foudjour (la transgression) sont interdit et rendant plus difficile d’y succomber.

Pour cette raison Allah (swt) dit:

“Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes » (s. 5, v. 45)

Le messager d’Allah (saw) a fait le nécessaire pour la mise en application des lois d’Allah (swt) en désignant des juges et en leur donnant pour tâche de juger uniquement par l’islam. Ainsi, lorsque le messager d’Allah envoya Mou’ad bin Jebel comme juge au Yémen le messager (saw) lui dit : « Par quoi jugeras-tu ? Mou’adh répondit : « par le Livre d’Allah. » le messager (saw) continua et dit : « et si tu ne trouves pas (c’est-à-dire une réponse) ? » Mou’adh répondit : « alors par la Sunna du messager d’Allah. » le messager (saw) continua et dit : « et si tu ne trouves pas (de réponse) en cela ? » Mou’adh répondit : « je ferais un grand effort personnel (Ijtihad). » Le messager (saw) finit par ces mots : « la louange est à Allah qui a guidé le messager du messager d’Allah vers ce que le messager d’Allah aime. » (Abou Dawoud)

D’autres juges furent désignés par le messager d’Allah (saw) comme Omar bin al-Khattab, ‘Ali bin Abou Talib, Zayd bin Thaabit et Abou Mousa Al-Ach’ari. Tous ces juges avec le messager (saw) veillèrent à ce que les transgressions des lois d’Allah (swt) soient punies. En suivant la parole d’Allah :

“La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet…” (s.24, v. 2)

“Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans avoir produit par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet…” (s. 24, v. 4),

“…Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent]…” (s. 17, v. 33)

« « Ô vous qui croyez ! La loi du talion vous est prescrite en matière de meurtre : homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme.» (s. 2, v. 178)

Le messager (saw) mettait en application les punitions des Hudood (limites définies par Allah). Qatada a par exemple narré que le messager (saw) a fait punir des gens par l’écorce du palmier et avec des sandales pour le crime de boire de l’alcool. Il en était de même pour la mise en application des punitions de qisaas (le talion). Dans le recueil de al-Boukhari, on peut y lire que Ar-Rouba’i, la sœur d’Anas bin An-Nadr (ra) et la tante d’Anas bin Malik (ra), avait cassé la dent d’une jeune dame. La famille de cette jeune dame refusa de pardonner et refusa de l’argent en compensation. Ils insistèrent sur le talion (qisaas). L’affaire fut apportée devant le messager (saw) d’Allah, puisque ils demandèrent le qisaas, il jugea que le qisaas devait être mis en application.

En dehors, des punitions qui devaient être appliquées face aux crimes, Le messager Mohammed (saw) veilla aussi que les gens obtiennent un accès facile pour résoudre correctement les problèmes. Le messager (saw) organisa par exemple, la récolte de la zakat et sa distribution aux pauvres et à ceux qui en avaient le droit d’y bénéficier. Il désigna les personnes qui devaient exécuter cette tâche ; après cela, ils rendaient des comptes au messager (saw). Abou Mas’oud al-Ansari (ra) dit : « le messager d’Allah me désigna comme receveur de la sadaqa (zakat) » (Abou Dawoud).

L’État islamique (alkhilafa) sert à ce que l’imaan et la taqwa soit défendu. Il va l’encourager, en rendent disponible l’éducation à tous. Ainsi, les gens sont éduqués, que ce soit dans les connaissances l’islamique ou autres. Anas bin Malik (ra) a rapporté que le messager (saw) dès son arrivée à Médine a fait construire la mosquée. C’est l’endroit où la prière fut établie et les leçons données (rapporté par Boukhari, Mouslim). Il est aussi répandu que les khoulefa (successeurs), lors du règne de l’État islamique, faisaient construire aussi des mosquées. Ils les agrandirent, en firent construire des milliers d’autres afin que chaque personne qui vint en contact avec l’islam, ait le moyen d’apprendre à connaître et à comprendre l’islam.

Conclusion

L’État islamique (al khilafa) était donc un instrument pour la da’wa de l’islam. Il servait à donner à l’imaan et la taqwa un sens pratique, dans la vie des gens. Par le Khilafa, les gens étaient capables d’agir d’après l’imaan et la taqwa. Ils étaient aptes à suivre les lois d’Allah (swt) parce qu’ils étaient mis en application grâce à l’existence de cet l’État islamique. Le khilafa veilla à ce que l’imaan et la taqwa furent tenu structurellement élevées, en donnant à ses habitants la possibilité d’apprendre à connaître et à comprendre l’islam. Finalement, le khilafa a fait que lorsque une personne avait un moment de faiblesse de l’imaan et de la taqwa, cette personne n’allait pas dans l’erreur, car elle rendait la réalisation du halal facile et du haram difficile. Par les punitions prescrites par l’islam, ceux qui avaient cette faiblesse, avaient peur d’accomplir le haram.

Celui qui veut suivre la sounna du messager d’Allah (saw), de la manière la plus correcte et précise, par rapport à la da’wa de l’islam, doit donc travailler pour le retour à l’État islamique. Il a le devoir d’inviter et de lancer l’appel à l’imaan aux incrédules, en leur apportant les preuves rationnelles de l’existence d’Allah (swt) et de l’universalité de la mission du messager (saw).

Allah (swt) dit : « Et Nous ne t’avons envoyé (O Mohammed) qu’en miséricorde pour l’univers » (s. 21, v. 107)

Ensuite, il doit les invités à la taqwa, en leur rappelant de quoi Allah nous a prescrit par le biais de son messager (saw), la venue du jour du jugement, l’enfer et le paradis. Pour finalement, les poussées à œuvrer pour le rétablissement de l’État islamique (al khilafa), ainsi poursuivre l’exemple du messager (saw), en créant les circonstances qui donnent un rôle pratique à l’imaan et la taqwa dans la vie des gens et qui encourage l’imaan et la taqwa au plus profond d’eux-mêmes.

Allah (swt) dit : «… Aujourd’hui, les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre dīn : ne les craignez donc pas et craignez-Moi. Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre dīn, et accompli sur vous Mon bienfait… » (s. 5, v. 3)

 

 

Partager: