Dieu et la question du mal

1169
0
Partager:

Si Dieu est toute-bonté et tout-puissant et que le mal existe dans le monde alors Dieu ne peut ni être toute-bonté et/ou tout-puissant.

En effet, si le mal existe, soit Dieu est toute-bonté, mais pas tout-puissant pour l’enlever ou alors Dieu est tout-puissant, mais permet le mal et est donc n’est pas toute-bonté.

L’allégation est que les hypothèses « abrahamiques » de Dieu (tout-bon et tout-puissant) ne peuvent être cohérentes avec cette contradiction apparente.

 

Cependant, il y a un saut fondamental que les athées font essentiellement car ils supposent que le bien et le mal (les termes religieux) sont des absolus qui peuvent être compris objectivement et de façon indépendante par les humains.

Si toutefois nous prenons une vue purement matérialiste de la morale, comme les athées le font, donc le bien et le mal ,c’est-à-dire la moralité, n’existe pas. Les humains ne sont que de la matière qui existe par accident de la même façon qu’une roche existe.

En outre, les actions de l’Homme sont tout simplement les produits de substances chimiques inconscientes qui interagissent avec lui-même et l’environnement, ce qui provoque les décisions et les actions humaines.

Par conséquent, il n’y a pas de bien ou de mal, les événements qui se produisent sont des événements tout simplement amoraux. C’est-à-dire que nous n’appliquons aucune valeur morale sur eux.

Si tel est le cas, alors si nous voulons déterminer ce qu’est la morale, cela doit être établi par un critère externe. Soit par une construction humaine qui n’a pas de point d’ancrage intellectuel objectif ou par autorité divine.

Dans ce cas, la morale est liée à un point de vue sur la vie et pour un musulman, la morale est ce qu’ordonne Allah (SWT). Donc ce n’est pas l’acte qui est morale en soi mais le fait qu’il ait été ordonné ou autorisé par Allah (SWT).

Par conséquent, un acte à un certain moment peut être permis par Allah (SWT) et est donc moral mais peut être abrogé par Allah (SWT) à un autre moment et devenir ainsi immoral.

Les événements ne sont pas catégorisés comme bons ou mauvais, mais la manière dont nous répondons à un événement peut être considérée comme bonne ou mauvaise selon si nous y répondons conformément à ce qu’Allah (SWT) veut/permet ou non.

 

Une question demeure: qu’en est-il des Hommes entreprenant une action qui est catégorisée comme mal par Allah (SWT) ; Comme le meurtre ou le vol ?

Pourquoi Allah n’interviendrait-il pas et n’empêcherait-il pas ce qu’il a classé comme une mauvaise action?

Premièrement, si Allah interdit toute action jugée «mauvaise» alors le seul monde possible serait celui dans lequel les humains n’auraient pas de libre arbitre. Effectivement, nous devons être autorisés à choisir d’effectuer le mal afin d’avoir le choix du tout. Si nous ne pouvons pas alors nous n’avons aucun choix et aucun libre arbitre.

Cela signifie que l’acte du mal provient du choix des humains et non d’un acte imposé aux humains.

Deuxièmement le point de vue sur la moralité est un point de vue humain. Cela signifie que nous voyons par nos actions que nous sommes soumis à des considérations morales. Ce que nous ne pouvons pas faire, c’est superposer ceci au créateur qui détermine ce qu’est la morale. C’est à dire qu’Allah (SWT) n’est pas lié à une autorité supérieure, mais est l’autorité absolue pour toutes choses.

Fondamentalement la morale ne peut pas être connue comme une vérité objective ou indépendante. Ce que les êtres humains ont tendance à faire est d’utiliser nos goûts et nos aversions subjectives (qui émanent inévitablement de la société dans laquelle nous vivons) en tant que mesure de la moralité et ensuite croire que Dieu doit être soumis à nos goûts. Par conséquent, s’ils font face à quelque chose que nous n’aimons pas, c’est suffisant pour certains de blâmer Dieu pour leurs malheurs et ensuite prétendre que Dieu ne peut pas exister. Ceci est donc fondamentalement un faux argument contre Dieu.

 

Partager: