La famine en Afrique et la complicité des gouvernements

1980
0
Partager:

N’ayant pas mangé un repas complet depuis des semaines, des millions d’enfants souffrant de malnutrition sévère vont encore dormir ce soir l’estomac vide. Dans cette course à la survie, les parents désespérés parcours des kilomètres chaque jour, à la recherche d’eau et de nourriture, dans l’espoir de soulager un peu leurs familles affamées. N’ayant rien pour étancher cette soif brûlante et cette faim criante, beaucoup n’auront pas assez d’énergie pour échapper à la dépravation qui les touche. Ces prochaines nuits, des dizaines de milliers d’enfants innocents mourront sous le regard impuissant de leurs parents. Et chacune de ces nuits prendra fin par le cri retentissant, d’une mère au réveil, découvrant le corps sans vie de son cher petit. Voilà, le quotidien de ces familles touché par la famine en Afrique. Ces hommes et ces femmes sont contraints d’accepter cette situation dans un dédain méprisant des pays riches. Le monde entier continu de les regarder à travers leur petit écran avec une totale indifférence, comme si leur condition n’était rien d’autre qu’un malheur pitoyable.

Cette réalité infernale existe dans de nombreuses régions d’Afrique. Actuellement, on compte environ 20 millions de personnes qui souffrent de la famine. Dans des pays comme la Somalie, le Yémen (Moyen-Orient), le Soudan ou le Nigeria, où la famine sévie le plus, environ la moitié de la population a besoin d’aide alimentaire. Les Nations Unies estiment que des milliards de dollars sont nécessaires pour résoudre ce problème, mais seulement des millions ont été soulevés par les donateurs internationaux. Bien qu’il soit souvent supposé que les gouvernements de la région sont incapables, en raison de l’insuffisance des fonds ; ils sont en réalités complices de leur myopie pour leur intérêt personnel. Certains de ces pays ont vu cela beaucoup trop fois pour que le gouvernement n’y soit pas préparé. Pendant ce temps, on note qu’au Qatar, on dépense 500 millions de dollars chaque semaine pour les préparatifs de la Coupe du Monde. En Arabie Saoudite, La famille royale saoudienne dépense sans compter leur fortune, dans des produits de luxe sans aucun scrupule pour ces gens-là.

Honte à vous, gouverneurs ! Le monde musulman a besoin d’un système qui garantit les droits fondamentaux à tout être humain, ainsi qu’un gouverneur qui ne puisse dormir la nuit sereinement s’il sait qu’un mal touche les plus faibles. Remémorons-nous, Omar bin al-Khattab (ra), qui avait fait face à une situation similaire à Médine. À aucun moment, il n’a voulu être complice de leur malheur, en ignorant le sort de son peuple. Au lieu de cela, il se sentait charger d’un devoir islamique. Un jour, Omar bin al-Khattab (ra) s’adressa à son estomac qui criait famine : « Que tu gargouilles ou non, tu n’auras pas à manger tant que les enfants des musulmans ne seront pas rassasiés ! ». Fessant le serment de ne manger que ce que mangent les pauvres parmi les Musulmans. Loin de la rhétorique, il apporta une solution à la famine en mobilisant avec une grande urgence un nombre vaste de nourriture provenant d’autres provinces du Khilafah, comme l’Égypte, la Syrie, l’Irak et la Perse. Ce faisant, il amena rapidement fin à la famine.

Pourtant aujourd’hui, nous ne voyons aucun dirigeant ou gouvernement agir de telle sorte. Au lieu de cela, nous constatons que les états-nations agissent sur des idéaux égoïstes de ce système capitaliste, par opposition aux principes de bienfaisance qu’ordonne l’Islam. En effet, cela est certainement un acte d’accusation sur ce système qui gouverne le monde actuellement. Tout ce qui favorise la croissance de la distribution, en particulier quand une nation en proie à la famine comme le Nigeria, qui est l’une des plus grandes économies en Afrique, avec un PIB de plus de 500 milliards de dollars. Il fait tache sur le marché libre, lorsque des millions de personnes innocentes, jeunes et vieux, n’ont pas accès aux produits élémentaires comme la nourriture et l’eau. Qui souhaite encore vivre dans un système aussi injuste qui permet de laisser mourir les gens de telle manière ?

Pourquoi faut-il toujours appeler à faire des dons de bienfaisance pour résoudre ce problème lorsque ces pays possèdent tant de richesses ? Pourquoi les célébrités doivent être sensibilisées pour envoyer des avions remplis de nourriture et de l’eau à la population africaine, quand le reste du monde musulman les regarde les bras croisés ? Pourquoi des millions d’hommes et de femmes doivent mourir avant que le reste du monde se prononce contre les injustices qu’ils subissent ? La réponse à ces questions rhétoriques ne peut venir que du système islamique seul. C’est l’islam qui fera rendre des comptes aux dirigeants qui ont usurpé le pouvoir du peuple et les ont laissés dans la dépravation. C’est l’Islam qui assurera les droits fondamentaux de l’homme, pour qu’il puisse vivre dans la facilité et le confort. C’est l’Islam qui demandera des comptes aux gouverneurs pour leur mauvais usage de la richesse public et pour leur passivité face à la crise. C’est l’Islam qui fera revenir la prospérité en Afrique.

Partager: