l’Individualisme : son impact sur notre communauté et sur la Da’wa 

1944
0
Partager:

Le libéralisme et l’individualisme qui y est associé sont le noyau qui façonne la société d’aujourd’hui. Dans cet article, nous examinerons brièvement l’individualisme libéral et comment une notion similaire de l’individu affecte le discours des musulmans contemporains concernant la Da’wa et ses implications sur notre activisme pour le changement.

Sur le chemin du travail vers la gare, j’avais l’habitude de voir ce grand panneau publicitaire tournant de ‘l’Australian Sex Party’, qui disait: « L’alcool ne cause pas de violence. Blâmez et punissez l’individu.« 

Cette déclaration est assez intéressante. De toute évidence, elle dit que l’individu est coupable de commettre des actes de violence. Mais pourquoi est-ce que l’individu est uniquement blâmé et pas l’alcool ? Pas les bars, ni les discothèques ? Pas les industries de l’alcool ? Pas la culture de la boisson alcoolisée ? Pas les industries du film et ni ceux de la musique qui glorifie la violence et la débauche ? Et non plus les facteurs sociaux qui façonnent et influencent notre comportement et nos attitudes ?

Pour être certain, l’individu est bien à blâmer. Cependant, ce genre de vue de l’individu cache des problèmes beaucoup plus graves, beaucoup plus grands et honnêtement beaucoup plus claires en se concentrant exclusivement sur l’individu.

Une telle vision d’un individu absolument autonome est au cœur de la pensée libérale. L’individualisme est une vision particulière de l’Homme, qui constitue un élément fondamental du libéralisme. Elle imagine l’être humain universel comme un agent librement choisi, rationnel et autonome sans contrainte de la société. Une telle vue se trouve dans les travaux des penseurs de la période des Lumières, tels que l’individu présocial dans un «état de nature» ou le «Je» cartésien universel.

L’enracinement social des Hommes est largement négligé, alors qu’un individu présocial, anhistorique et apolitique, doté de certains «droits naturels inaliénables», se positionne au centre de la pensée politique.

Une telle conception de l’être humain est-elle philosophiquement saine ? Outre le point de vue islamique en la matière et en tant que critique d’une telle notion de l’Homme, plusieurs penseurs clés ont souligné que les humains, dans une large mesure, sont façonnés par la société et que leurs droits et leurs libertés n’existent pas dans un vide, mais ne sont réalisés que dans des contextes sociaux. Par conséquent, la notion d’un individu pré-socialisé n’a aucun fond dans la réalité et toute théorie fondée sur elle est fondamentalement erronée.

Par exemple, dans sa critique de la société libérale, Marx souligne certaines contradictions fondamentales de l’état laïc dans son essai sur « la Question juive », qui nécessairement résulte de la théorie du libéralisme qui abstrait l’Homme de ses conditions matérielles d’existence. L’essai est complexe et j’aimerais simplement aborder brièvement ce que je pense être l’un de ces principaux points.

L’état séculier divise essentiellement la personne en deux moitiés contradictoires : l’individu «citoyen» et l’individu «privé». Le citoyen devient le sujet politique de l’état séculier en se vidant de son identité sociale, permettant ainsi à des personnes de milieux religieux différents de participer à la «sphère publique» en tant que citoyens «égaux». Alors que, d’autre part, il existe la «société civile» – la sphère privée est par exemple : le marché libre, la famille, l’église, etc. – où l’individu conserve son caractère social. L’ironie est que dans la sphère «publique», l’homme existe comme un individu abstrait (le «citoyen»), mais dans la sphère «privée», l’homme existe comme un être social (par exemple, le Juif, le Bourgeois, etc.).

Pour Marx, cette scission arbitraire de l’individu en « public » et en « privé » permet aux inégalités de se perpétuer dans la sphère privée. Par exemple, au moins en principe, l’état libéral n’est pas destiné à intervenir pour corriger les inégalités dans la distribution de la richesse créées par le «marché libre». Plutôt, la «main invisible» du marché libre est laissée pour assurer l’utilisation la plus efficace des ressources «rares» de la société. La pauvreté et les difficultés économiques auxquelles sont confrontées certaines parties de la communauté peuvent être mises en cause en toute sécurité contre les échecs individuels tels que la paresse, le manque d’initiative, les comportements criminels, la toxicomanie, etc. tout en ignorant les inégalités structurelles qui privilégient certaines parties de la communauté et désavantagent les autres.

Il existe de nombreuses critiques de la conception libérale de l’individu qui peuvent être citées, mais je pense que les points brièvement mentionnés ci-dessus nous donnent l’occasion de discuter de la manière dont l’adoption d’une notion de l’Homme semblable à l’individualisme libéral peut entraver notre activisme pour le changement en tant que musulmans.

Les musulmans qui sont préoccupés par la situation dans le monde musulman discutent souvent des causes profondes de nos problèmes et, par conséquent, leur offrent des solutions. Les organisations et les mouvements de Da’wa en particulier, et les savants qui les dirigent, prêchent souvent à la communauté ce sur quoi nous devons nous concentrer en ces temps difficiles. Les causes les plus connues de nos problèmes sont «le mauvais dogme», «le manque de mœurs», «manque de savoir», «spiritualité faible», «négligence du culte rituel», etc. Ces facteurs et d’autres facteurs de déficiences individuelles sont souvent énumérés comme les principaux problèmes qui affectent la communauté musulmane localement et à l’étranger. Par conséquent, en tant qu’oumma, il semble que notre priorité la plus urgente soit de nous réformer en tant qu’individus.

Malheureusement, ils servent également à expliquer les causes de nos problèmes politiques tels que les guerres, les occupations, la corruption, les dictateurs, la pauvreté, la désunion, etc. En conséquence, beaucoup de ces organisations, leurs prédicateurs et savants, ne parviennent pas à proposer un projet pratique pour le changement.

Bien que les problèmes cités ci-dessus soient authentiques et doivent être abordés individuellement et collectivement, ce que nous ne devons pas ignorer est que la société a une influence accablante sur les pensées et sur les comportements des individus. Toute société est fondée sur certaines valeurs et normes et les favorises. Ceux-ci sont reproduits et renforcés dans la vie quotidienne par l’opinion publique, les médias, l’économie, la culture, le droit, la politique et ainsi de suite.

Les individus existent dans ce milieu de forces sociales qui ont inévitablement une incidence significative sur la façon dont ils voient le monde et eux-mêmes, et par conséquent, comment ils se comportent. Les faiblesses dans le savoir et la pratique des musulmans de leur dîne ne sont pas l’effet du hasard. Souvent, nous constatons qu’ils ne font qu’appliquer les comportements dominants normalisés et facilités dans la société.

Est-il vraiment surprenant que notre pratique de l’islam ne soit pas parfaite étant donné que toutes les routes qui conduisent au haram ne sont pas seulement disponibles et légalisées mais même encouragées dans de nombreux cas ? Est-il vraiment surprenant que notre connaissance de l’islam soit presque inexistante, étant donné que l’islam a été délogé comme fondement du système éducatif. Même dans de nombreux pays musulmans, les sciences islamiques ont été largement ignorées pour traiter les préoccupations journalières de la population ?

Lorsque ces problèmes individualistes sont soulignés à plusieurs reprises, il semble presque que les musulmans doivent surmonter ces barrières structurelles entre eux et leur islam par un simple acte de libre choix. Par conséquent, il suffit de souligner les défauts d’un individu, comme s’ils existent dans le vide, sans avoir également une discussion critique sur leur contexte social, c’est une lecture superficielle du problème, et toute solution qui en résulte sera inévitablement erronée.

En outre, comment les lacunes individuelles d’un musulman expliquent les problèmes économiques, sociaux et politiques auxquels sont confrontés les musulmans à l’échelle mondiale ? Quelle est la relation entre une sœur qui ne porte pas le hijab et les millions qui vivent dans la pauvreté ? Quelle est la relation entre un frère qui consomme de l’alcool et l’occupation de la Palestine ? Parfois, un lien métaphysique est établi entre le péché d’une communauté et le châtiment d’Allah, ce qui est un concept valide.

Cependant, son application dans ce cas est complètement erronée. Discuter de ceci en détail n’est pas mon intention dans cet article, mais très brièvement, on peut dire que beaucoup de ceux qui souffrent en raison des guerres, des professions du chômage, de la pauvreté, de la dictature, etc. sont des musulmans pieux. En outre, indépendamment de cet argument métaphysique, l’Islam exige encore que nous soyons politiquement conscients et que nous étudions les conditions matérielles du monde réel qui mènent aux souffrances de millions de musulmans et de non-musulmans. Nous sommes obligés de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour atténuer les souffrances des opprimés, qu’ils soient « pratiquants » ou « non-pratiquants », musulmans ou non-musulmans. Mais, pour ce faire, nous devons au moins reconnaître que tous ces problèmes ne peuvent être expliqués en établissant un lien farfelu entre nos conditions actuelles et les péchés commis par des individus, tout en ignorant les facteurs géopolitiques qui perpétuent ces problèmes. Après tout, le Qadar d’Allah (la volonté d’Allah) est le Qadar d’Allah (swt), mais leur est-il réellement demandé aux musulmans d’ignorer les réalités évidentes auxquelles ils sont soumis ?

Tout travail pour le changement, par conséquent, devrait être fondé sur une étude approfondie de la société à travers nos textes sacrés. Par exemple, qu’est-ce qui constitue la société ? Quelle est la relation entre la société et les individus ? Quels sont les processus historiques qui ont conduit à la formation des sociétés telles que nous les voyons aujourd’hui ? Je ne vais pas discuter de ces questions dans cette publication, mais j’ai simplement souligné comment un accent atomistique sur les individus ignorant leur contexte social peut entraîner un activisme problématique.

Je voudrais conclure en mentionnant une interview d’un savant très important en Occident où il a déclaré qu’une lecture possible du Coran était une question de la lutte de l’individu contre le collectif. J’ai peut-être mal compris son point de vue parce qu’il a fait ce commentaire brièvement en passant. Cependant, en prenant la valeur nominale, il souligne encore une fois une lecture de l’islam basée sur un individualisme abstrait. Il semble que la pensée islamique met l’individu présocial avec toute sa liberté dans son centre par opposition à la société dans son ensemble. Mais ne pouvons-nous pas lire les récits coraniques de la prophétie des messagers comme un effort pour former un collectif, une société, fondée sur des principes islamiques qui éliminent les injustices et établissent les conditions nécessaires à la formation d’individus éthiquement entraînés et nourris par la conscience d’Allah (swt) ?


 

Cette article est une traduction de l’article qui apparut sur le site www.hizb-Australiaorg écrit par Shafiul Haq, qui est un activiste basé à Melbourne (Australie). Il est également étudiant en arabe classique et en études culturelles.

Partager: