Masjid Al-Aqsa n’est pas fermée, mais occupée et en attente de sa libération

2174
0
Partager:

Al-Qouds – Depuis vendredi 14/07/2017 la mosquée d’Al-Aqsa est fermée par les « autorités israéliennes » pour la prière hebdomadaire du vendredi et les prières quotidiennes. Des centaines de soldats ont été envoyés pour bloquer l’accès à la vieille ville et pour refuser l’accès aux fidèles à la mosquée bénie. De plus, la sainte Mosquée Al-Aqsa, la première qibla des musulmans, où le Messager ﷺ a établi la prière avec tous les prophètes qui l’ont précédé, là où il a fait le voyage vers le ciel, est en train d’être profané par une horde de policiers « israéliens », qui sans gêne utilisent la violence dans un lieu de culte, défoncent des portes verrouillées et mettent tout sens dessus dessous.

La raison en est que trois jeunes hommes palestiniens auraient ouvert le feu sur des policiers, deux officiers ont été tués et un policier a été blessé. Enfin, c’est l’histoire que les « autorités israéliennes » ainsi que la majorité des médias occidentaux ont repris sans aucune critique.

Encore faudrait-il savoir qui a ouvert le feu en premier. Mais ce qui est certain, c’est que trois jeunes hommes palestiniens de la même famille Djabarien furent tués par la police. Le plus âgés d’entre eux étaient Moehammed Ahmed Muhammad Jabarien, 29 ans. Muhammad Hamid Abd ul-Latief Djabarien et Muhammad Ahmad Moefdal Djabarien avaient seulement 19 ans.

Une vidéo choquante a fait son apparition, où on voit l’un de ces garçons palestiniens entourés par la police et en essayant de fuir, se fait tuer brutalement. Il a été tué par de nombreux coups de feu alors qu’il était désarmé. En d’autres termes, il s’agit d’une exécution, pure et dure, sans aucune forme de justice ou de défense.

Ce genre d’exécutions extrajudiciaires, nous l’avons souvent vu de l’occupant. À certaines occasions ces informations sont relayées et atteignent les nouvelles internationales, mais dans la plupart du temps, ils atteignent uniquement le journal de la Palestine occupée, pas le monde extérieur.

Saviez-vous qu’il y a deux semaines, une adolescente palestinienne de 15 ans, Nouf Iqab Abd ul-Jabber Enfeat, a été abattue en plein jour ? Ou que Khaled Ghamri (16 ans) il y a trois semaines lors d’une manifestation, a été abattu et tué au blocus de Gaza ? Ou qu’il y a six semaines, un jeune homme âgé de 15 ans, Raed Ahmed Rdaydeh a été abattu à un poste de contrôle près de Bethléem ? Non, probablement pas.

Depuis septembre 2015, il y a eu 254 Palestiniens tués par l’occupation « israélienne » meurtrière. Parmi eux, beaucoup de femmes et d’enfants. En 2016, il y a 32 enfants tués par les colons, par la police ou  l’armée.

Les occupants pensent qu’ils sont autorisés à tuer les femmes et les enfants, en prétextant qu’il y avait un risque d’agression par arme blanche (de coups de couteau ou quelque chose de ce genre). Alors que les outils technologique modernes, tels que des images vidéo qui ont enregistré ces incidents contredisent ces affirmations. Il existe de nombreux cas où la victime était sans arme, mais fut néanmoins abattue et l’arme est placée après sur la scène du crime. Sans que personne ne lève la voit, ils font semblant de ne rien voir et de ne rien entendre. Ce ne sont certainement pas des théories du complot, mais cela fait partie des pratiques courantes.

Malgré tout cela, Il reste toujours pour le monde occidental la seule démocratie dans le monde islamique, ainsi qu’un allié fidèle. Peu importe, qu’ils bafouent les règles et conventions internationales, qu’ils commettent toutes ces atrocités, ou qu’ils violent les soi-disant droits de l’homme. La partialité et le double critère de ces gouvernements, sont au sujet  « d’Israël » infiltrés et visibles dans tous les domaines.

Cependant, l’injustice et l’oppression en Palestine occupée et l’occupation de l’une des trois mosquées saintes de l’Islam, sont perçues par la communauté musulmane. Elle voit leur souffrance et ressent leur douleur. Et sachez que le seul remède à l’occupation et de chasser l’occupant est cela bien au-delà de ses frontières. Non pas aux frontières de 1967, dont une partie est toujours occupée et non pas aux frontières de 1948, ou encore les frontières tracées par les Britanniques, par la Déclaration Balfour. Mais aux frontières de la réunification du peuple palestinien avec le reste de l’Oumma lors de l’existence l’État islamique (al Khilafah), qui pendant plusieurs siècles ont garanti la justice et une protection à humanité.

Il n’y a que quand al Khilafah sera à nouveau établi que l’injustice et l’oppression prendront fin.

Partager: