les miracles scientifiques dans le Coran

1237
0
Partager:

Question :

Que signifie l’expression ‘’les miracles scientifiques dans le saint Coran’’ ? Est-il vrai que le Coran contient des miracles scientifiques ? Et est-ce réellement lié à la science ou s’agit-il d’une autre chose ?

Réponse :

En ce qui concerne les miracles scientifiques dans le saint Coran, il faut savoir que cette expression n’était pas connue à l’époque du prophète (saws) ni celle de ses dignes compagnons. Et pour une meilleure clarification, voici ce qui suit :

  1. Le miracle est « un phénomène qui sort de l’ordinaire (extraordinaire) et qui se manifeste par le biais de celui qui prétend être un prophète de telle sorte qu’il est impossible à ceux qui nient sa prophétie (les négateurs) d’accomplir la même chose, et ce, au moment où ces derniers le mettent en défi ». Dès lors, le miracle d’un prophète doit obéir à deux paramètres : premièrement, il doit être extraordinaire et dépasser les phénomènes normaux. Deuxièmement, il doit constituer un défi pour les négateurs du prophète à qui Allah (swt) a accordé le miracle. Ainsi, le miracle du messager Mohammad (saws) et qui a constitué à lui seul le défi prouvant sa prophétie est le saint Coran, et il n’a défié les Arabes avec aucun autre miracle afin de prouver qu’il était bien un prophète (saws).

 Allah (swt) a dit :

قُلْ لَئِنِ اجْتَمَعَتِ الْإِنْسُ وَالْجِنُّ عَلَى أَنْ يَأْتُوا بِمِثْلِ هَذَا الْقُرْآنِ لَا يَأْتُونَ بِمِثْلِهِ وَلَوْ كَانَ بَعْضُهُمْ لِبَعْضٍ ظَهِيرًا

Dis: « Même si les hommes et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient produire rien de semblable, même s’ils se soutenaient les uns les autres. » (S. Al-Isra’ v. 88)

Allah (swt) a dit :

أَمْ يَقُولُونَ افْتَرَاهُ قُلْ فَأْتُوا بِعَشْرِ سُوَرٍ مِثْلِهِ مُفْتَرَيَاتٍ وَادْعُوا مَنِ اسْتَطَعْتُمْ مِنْ دُونِ اللَّهِ إِنْ كُنْتُمْ صَادِقِينَ

Ou bien ils disent: ‹Il l’a forgé [le Coran] – Dis: ‹Apportez donc dix Sourates semblables à ceci, forgées (par vous). Et appelez qui vous pourrez (pour vous aider), hormis Allah, si vous êtes véridiques. (S. Hud v. 13)

Allah (swt) a dit :

وَإِنْ كُنْتُمْ فِي رَيْبٍ مِمَّا نَزَّلْنَا عَلَى عَبْدِنَا فَأْتُوا بِسُورَةٍ مِنْ مِثْلِهِ وَادْعُوا شُهَدَاءَكُمْ مِنْ دُونِ اللَّهِ إِنْ كُنْتُمْ صَادِقِينَ

Si vous avez un doute sur ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, tâchez donc de produire une sourate semblable et appelez vos témoins, (les idoles) que vous adorez en dehors d’Allah, si vous êtes véridiques (S. Al-Baqarah v. 23)

2. Le miracle du Coran apparait clairement dans son éloquence et l’élévation de son langage atteignant un niveau ébahissant. Et ceci se manifeste par le style miraculeux dans lequel il a été formulé et qui comporte une clarté, une force et une beauté du langage qu’aucun humain ne peut atteindre. Le style se définit comme des notions bien ordonnées dites dans des termes bien coordonnés, ou encore, comme la façon de s’exprimer afin d’imager des notions à travers des expressions linguistiques (la métaphore). Et la clarté du style apparait quand la notion introduite émerge clairement de la manière choisie pour l’exprimer. La force du style est liée au choix des termes / expressions qui induisent une signification donnée de manière harmonieuse. Ainsi, les termes doux ont été employés dans un sens délicat, les termes judicieux ont été employés dans un sens judicieux et les termes condamnatoires ont voulu signifier un blâme et ainsi de suite. Quant à la beauté du style, elle réside dans le choix des expressions les plus pures et les plus élégantes possibles afin de transmettre le sens voulu, mais aussi dans le choix les termes et les significations qui les accompagnent dans la phrase et les phrases.

3. Celui qui est attentif au Coran constate cette grande élévation qui caractérise son style en matière de clarté, de force et de beauté… et c’est ainsi que le Coran se distingue par un style propre à lui et que, pour chaque sens qu’il veut donner, il emploie le mot convenable, mais c’est aussi le cas pour les termes et les significations qui l’entourent, et ceci, pour chacun de ses versets sans exception. Dès lors, le miracle du Coran est évident dans son langage qui est un style singulier qui ne ressemble en rien à la parole des humains et aucune parole humaine ne lui ressemble. Mais aussi dans sa manière de transmettre les significations à travers les termes et les phrases les plus appropriés, ainsi que dans l’impact qu’ont ses mots dans les oreilles de celui qui saisit leur éloquence et leur contenu profond, devenant aussitôt humble au point de se prosterner devant. Aussi, l’impact que ces mots ont aussi sur la personne qui ne saisit pas leur sens profond mais qui est retenue par leur sonorité miraculeusement harmonieuse le poussant à se soumettre malgré le fait qu’il ne comprenne pas leur signification. Et c’est pourquoi le Coran était un miracle et il le sera jusqu’à la fin des temps.

4. Parmi les preuves que le miracle du saint Coran réside dans son style linguistique, on cite ces quelques-unes :

a. Il est de coutume en ce qui concerne les miracles prophétiques qu’Allah (swt) dote le prophète d’un miracle qui défie son peuple dans un domaine dans lequel ils sont les plus savants et excellent plus que les autres. C’est pourquoi, Moussa (Moise, as) a défié le peuple de Pharaon par la magie, un domaine dans lequel ils étaient les plus grands connaisseurs. Quant à Issa (Jésus, as), il a défié son peuple en guérissant les malades et en ressuscitant les morts alors qu’ils étaient les plus connaisseurs de la médecine parmi les gens de leur époque, etc. Or, Mohammad (saws) était d’un peuple qui n’était savant ni dans les sciences naturelles, ni dans la magie, ni dans la médecine, mais c’était des gens très connaisseurs de la langue. Celle-ci occupait tout leur temps et leur faisait office de travail quotidien au point qu’ils ne maitrisaient presque rien d’autre. Et ils étaient des artistes de la syntaxe, de toute forme de prose et de toute la poésie, ses règles (bouhour) et ses mesures / rythmes. Il convenait alors de les défier par un miracle se rapportant à la parole (domaine de leur connaissance), c’est-à-dire la langue arabe en tant que style.

b. Le saint Coran a mis les Arabes dans le défi de formuler un chapitre (Sourat) semblable à ceux coraniques, comme Sourat Al Kawthar par exemple, et il n’y a pas de doute que Sourat Al Kawthar, à l’image de quelques autres courts chapitres du Coran, ne comporte aucune référence scientifique, mais ce qui la distingue est son style linguistique merveilleux que les Arabes étaient incapables d’imiter et de fournir quelque chose de semblable.

c. Ce qui a fait que les Arabes étaient émerveillés à l’écoute du saint Coran et ce qui a démontré leur incapacité était son style linguistique et non les aspects scientifiques qu’il comprenait. Et ceci était connu d’eux et nous a été rapporté à leur propos avec fréquence (tawattour)… il a même été dit par l’un d’eux que le Coran était de la rhétorique ensorcelante (sehr al bayan).

d. Il n’a pas été rapporté que le prophète (saws) a défié les Arabes par les aspects scientifiques révélés dans le saint Coran mais il leur demandait de formuler quelque chose d’une composition semblable à celle du Coran.

e. Le saint Coran est venu avec des notions qui étaient connues par les Arabes à l’époque du prophète (saws), il a même fait, quelques fois, des citations de leur propos comme quand il (Allah Ta’ala) dit :

وَقَالُوا لَنْ نُؤْمِنَ لَكَ حَتَّى تَفْجُرَ لَنَا مِنَ الْأَرْضِ يَنْبُوعًا * أَوْ تَكُونَ لَكَ جَنَّةٌ مِنْ نَخِيلٍ وَعِنَبٍ فَتُفَجِّرَ الْأَنْهَارَ خِلَالَهَا تَفْجِيرًا * أَوْ تُسْقِطَ السَّمَاءَ كَمَا زَعَمْتَ عَلَيْنَا كِسَفًا أَوْ تَأْتِيَ بِاللَّهِ وَالْمَلَائِكَةِ قَبِيلًا * أَوْ يَكُونَ لَكَ بَيْتٌ مِنْ زُخْرُفٍ أَوْ تَرْقَى فِي السَّمَاءِ وَلَنْ نُؤْمِنَ لِرُقِيِّكَ حَتَّى تُنَزِّلَ عَلَيْنَا كِتَابًا نَقْرَؤُهُ قُلْ سُبْحَانَ رَبِّي هَلْ كُنْتُ إِلَّا بَشَرًا رَسُولًا

Et ils dirent: « Nous ne croirons pas en toi, jusqu’à ce que tu aies fait jaillir de terre, pour nous, une source; ou que tu aies un jardin de palmiers et de vignes, entre lesquels tu feras jaillir des ruisseaux en abondance; ou que tu fasses tomber sur nous, comme tu le prétends, le ciel en morceaux, ou que tu fasses venir Allah et les Anges en face de nous ; ou que tu aies une maison [garnie] d’ornements; ou que tu sois monté au ciel. Encore ne croirons-nous pas à ta montée au ciel, jusqu’à ce que tu fasses descendre sur nous un Livre que nous puissions lire›. Dis-[leur]: ‹Gloire à mon Seigneur! Ne suis-je qu’un être humain-Messager? » (S. Al-Isra’ v. 90-93)

Ces nobles versets sont une citation des propos de Quraish, c’est-à-dire que les notions qu’elles contiennent représentent les dires de Quraish. Mais le Coran nous les a récités dans un style tellement merveilleux et exquis que les gens de Quraish ne pouvaient formuler pareil, alors qu’il s’agit d’une narration de leurs propos, et ceci met en évidence que le miracle est bien dans le style linguistique du Coran.

Ce sont donc quelques preuves qui tendent à démontrer que le miracle du Coran réside uniquement dans son style linguistique…

5.Ceux qui utilisent l’expression ‘’miracle scientifique’’ visent les révélations du saint Coran qui peuvent s’appliquer à des théories ou des vérités scientifiques, comme le dire d’Allah Ta’ala :

وَلَقَدْ خَلَقْنَا الْإِنْسَانَ مِنْ سُلَالَةٍ مِنْ طِينٍ * ثُمَّ جَعَلْنَاهُ نُطْفَةً فِي قَرَارٍ مَكِينٍ * ثُمَّ خَلَقْنَا النُّطْفَةَ عَلَقَةً فَخَلَقْنَا الْعَلَقَةَ مُضْغَةً فَخَلَقْنَا الْمُضْغَةَ عِظَامًا فَكَسَوْنَا الْعِظَامَ لَحْمًا ثُمَّ أَنْشَأْنَاهُ خَلْقًا آخَرَ فَتَبَارَكَ اللَّهُ أَحْسَنُ الْخَالِقِينَ

Nous avons certes créé l’homme d’un extrait d’argile, puis Nous en fîmes une goutte de sperme dans un reposoir solide. Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence; et de l’adhérence Nous avons créé un embryon; puis, de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite, Nous l’avons transformé en une tout autre création. Gloire à Allah le Meilleur des créateurs!   (S. Al-Mu’minun v.12-14)

Mais ces versets, et d’autres semblables, sont venues pour attester de la capacité d’Allah (Souhanahou) et non pas pour prouver quelconque aspect scientifique. Pour preuve, ces versets s’adressaient, aux temps du prophète, à des auditeurs qui ne saisissaient pas ce côté scientifique… et ils n’avaient pas pour dessein de défier les gens ; ces versets n’étaient pas des miracles en soi que le prophète usait pour défier son peuple afin de prouver la véracité de sa prophétie.

6. On en conclut que le miracle dans le saint Coran réside dans son style linguistique qui a constitué le défi lancé aux Arabes afin de prouver la prophétie du messager (saws) et non pas le côté (miracle) scientifique… mais le miracle du messager Mohammad (saws) est le saint Coran. Allah a, notamment, défié les hommes (Ins) et les Djinn de formuler pareil mais ils en ont été incapables et ils ne pourraient jamais le faire même s’ils se réunissaient tous à la tâche :

قُلْ لَئِنِ اجْتَمَعَتِ الْإِنْسُ وَالْجِنُّ عَلَى أَنْ يَأْتُوا بِمِثْلِ هَذَا الْقُرْآنِ لَا يَأْتُونَ بِمِثْلِهِ وَلَوْ كَانَ بَعْضُهُمْ لِبَعْضٍ ظَهِيرًا

Dis: « Même si les hommes et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient produire rien de semblable, même s’ils se soutenaient les uns les autres. » (S. Al-Isra’ v. 88)

Et c’est ainsi que le miracle du messager (saws) a été le moyen de prouver sa prophétie est le saint Coran.

 


Réponse a une question de l’éminent savant et homme d’état Ata ibn Khalil Abu Rashta, Emir de Hizb-ut-Tahrir.

 

Partager:

Leave a reply