la purge saoudienne: Mohammad bin Salmaan veut concentrer le pouvoir et sauver l’Amérique

956
0
Partager:

Le président américain a soutenu la purge contre la corruption en Arabie saoudite initiée par le prince héritier Mohammad bin Salman contre les princes influents, les élites militaires et commerciales. « J’ai une grande confiance dans le roi Salman et le prince héritier d’Arabie Saoudite, ils savent exactement ce qu’ils font », a partagé Trump sur Twitter. « Certains de ceux qu’ils traitent durement traient leur pays depuis des années! ». [1]

L’arrestation spectaculaire de célèbres Saoudiens, qui comprend des princes, des personnalités du monde des affaires et des médias [2], combinée à l’écrasement de l’hélicoptère transportant le Prince Mansur [3] et d’autres hauts responsables, a alimenté la rumeur selon laquelle Mohammed bin Salman (MBS) aurait avorté un coup. Quelle que soit la raison, peut-être une chose est-elle très claire que la Vision 2030 pour le royaume porte toutes les marques des efforts américains pour restructurer le pays à travers le roi Salman et son fils Mohammed.

La visite de Trump en Arabie Saoudite en mai de cette année s’est avérée inquiétante et marque le début d’un plan de transition à plusieurs volets qui concentre le pouvoir dans les mains de MBS [4]. La première étape de ce plan consistait en un pacte de sécurité entre le roi Salman et les États-Unis. En échange de milliards de dollars, les États-Unis ont accepté conditionnellement de soutenir la faction Salman de la famille saoudienne. La récente visite inoffensive du beau-fils de Trump laisse entrevoir le feu vert de l’administration Trump pour que Salman prenne des mesures aussi audacieuses. La purge de la royauté supérieure et d’autres personnalités sous prétexte de supprimer la corruption a pour but de se passer de traditions de partage du pouvoir entre différentes factions. Les efforts de Salman pour accélérer la concentration du pouvoir avec Mohammed indiquent que le roi dans une situation fragile fait de son mieux pour assurer une transition en douceur du pouvoir au prince héritier avant qu’il abdique.

Le deuxième aspect du plan de transition de l’Amérique pour l’Arabie Saoudite est d’accélérer la laïcisation de la société saoudienne. L’annonce récente de laisser les femmes conduire, assister à des événements sportifs et la levée de l’interdiction des concerts et d’autres activités qui encouragent la promiscuité ne sont que la pointe de l’iceberg. Le musellement de l’establishment wahhabite par MBS souligne sa détermination à se lancer dans sa version de «moderniser l’islam», qui est essentiellement une version de l’islam acceptable pour Washington.

La troisième facette du plan de transition de l’Amérique est de priver l’Arabie saoudite de ses richesses par la libéralisation absolue de l’économie et l’abandon complet de la souveraineté économique à Washington et aux multinationales américaines. Tout comme MBS poursuivait la purge, Trump a partagé sur twitter pour rappeler à l’héritier saoudien que la poule aux oeufs d’or du pays, Aramco, devait être privatisée à la Bourse de New York. En fait, MBS est si passionné sur la privatisation qu’en octobre, il a proclamé que la NEOM, nouvelle mégapole saoudienne, sera la «première ville capitaliste du monde», avec une possibilité d’introduction en bourse avant ou après 2030 [5].

Indéniablement, le rythme des changements structurels déchaînés par le roi Salman et MBS après la visite de Trump souligne leur urgence à se libérer du passé et à soumettre les Saoudiens à une nouvelle ère de totalitarisme qui n’a pas encore été observée. Néanmoins, les vents retrouvés du despotisme ont voyagé en Arabie saoudite d’ailleurs dans la région. Sous la tutelle de l’Amérique, Sisi et Erdogan concentrent dans leurs mains le pouvoir, bien que pour des raisons différentes. Sisi a justifié son absolutisme sous le prétexte de protéger la démocratie, et Erdogan a défendu l’accaparement du pouvoir sous prétexte de protéger l’Etat contre les comploteurs du coup d’Etat. Le MBS suit leur exemple et masque ouvertement son expansion de pouvoir à travers une fausse guerre contre la corruption. L’achat par MBS d’un yacht de 500 millions de dollars et les vacances luxueuses de 100 millions de dollars de son père au Maroc ne sont guère qualifiés pour mener une guerre contre la corruption, alors que les Saoudiens sont confrontés à une pauvreté abjecte [6].

Après l’échec de la grande initiative de la démocratie de Bush et la danse fugace d’Obama avec les islamistes au pouvoir, les États-Unis ont fait une volte-face sous Trump. Ce qui se passe en Egypte, en Turquie et maintenant en Arabie Saoudite est un aveu sans équivoque qu’il n’y a pas de place pour une quelconque expression de l’Islam parmi l’Oummah mais uniquement la soumission au libéralisme occidental.

À court terme, ces changements peuvent s’avérer déprimants pour les musulmans, mais à la fin de telles initiatives américaines marquent la fin de la domination occidentale. C’est parce que l’Occident, au cours des cent dernières années, a tout essayé pour enlever l’Islam des cœurs et des esprits des gens, mais a échoué à chaque occasion. En recourant aux moyens de la force écrasante – soit par le soutien des autocrates ou par la puissance militaire – l’Amérique démontre clairement que l’Occident est intellectuellement en faillite et incapable de rivaliser avec l’Islam ou même d’offrir une alternative viable au Khilafah Rashidah (Califat juste) à quoi l’oumma aspire.

Le Moyen-Orient, autrefois un bastion de stabilité pour l’Amérique, est maintenant un abîme désolé de déstabilisation et d’anxiété – beaucoup a à voir avec son propre travail. L’Amérique a non seulement perdu le contrôle de l’Oummah, mais son temps de superpuissance est proche de sa fin. Pourtant, qu’une poignée de personnes réalisent cela et comprennent que le changement sociétal est un paradoxe – le bien et le mal coexistent et dans les périodes de ténèbres extrêmes, Allah (swt) accorde la victoire à qui Il (swt) veut.

أَم حَسِبْتُمْ أَنْ تَدْخُلُوا الْجَنَّةَ وَلَمَّا يَأْتِكُمْ مَثَلُ الَّذِينَ خَلَوْا مِنْ قَبْلِكُمْ مَسَّتْهُمُ الْبَأْسَاءُ وَالضَّرَّاءُ وَزُلْزِلُوا حَتَّى يَقُولَ الرَّسُولُ وَالَّذِينَ آمَنُوا مَعَهُ مَتَى نَصْرُ اللَّهِ أَلَا إِنَّ نَصْرَ اللَّهِ قَرِيبٌ

Pensez-vous entrer au Paradis alors que vous n’avez pas encore subi des épreuves semblables à celles que subirent ceux qui vécurent avant vous? Misère et maladie les avaient touchés; et ils furent secoués jusqu’à ce que le Messager, et avec lui, ceux qui avaient cru, se fussent écriés: «Quand viendra le secours d’Allah?» – Quoi! le secours d’Allah est sûrement proche.


références:

[1] https://www.rt.com/usa/408975-trump-saudi-elites-milking-kingdom/

[2] https://www.washingtonpost.com/world/saudi-arabia-detains-princes-ministers-and-billionaire-investor-in-extraordinary-purge/2017/11/05/ea0aa25c-c1fc-11e7-af84-d3e2ee4b2af1_story.html?utm_term=.027f41a16e0b

[3] https://www.khaleejtimes.com/region/saudi-arabia/saudi-prince-killed-in-helicopter-crash-

[4] http://www.bbc.com/news/world-us-canada-39979189

[5] http://gulfnews.com/business/economy/new-saudi-mega-city-will-be-listed-publicly-crown-prince-says-1.2113368

[6] https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/nov/07/the-guardian-view-on-saudi-arabia-a-slow-motion-coup

Partager:

Leave a reply