100 ans de Balfour: Le Moyen-Orient que Balfour a aidé a créer a besoin de changer radicalement

1235
0
Partager:

La Déclaration Balfour, signée il y a un siècle ce mois de Novembre, est l’un des documents les plus infâmes de l’histoire politique. Une nation (la Grande-Bretagne) a offert la terre d’un peuple (la Palestine) à un troisième groupe de gens, la Fédération sioniste – contre la volonté des Juifs britanniques, qui ont soutenu que le judaïsme était une religion et non une nation.

Tels étaient les mots du ministre du Cabinet Sir Edwin Montagu, un membre éminent de la communauté juive britannique, qui a adressé au gouvernement de Lloyd George ses craintes qu’un état juif en Palestine saperait l’égalité des droits des Juifs de la diaspora dans leur demeure adoptive en les faisant sentir comme des citoyens de seconde classe.

Mais les opinions de la communauté juive britannique, même lorsqu’elles étaient représentées au niveau du Cabinet, ont été ignorées par le gouvernement britannique en faveur de leurs propres intérêts nationaux et coloniaux. La déclaration n’était pas conçue comme un acte de bonne volonté envers le peuple juif. Arthur Balfour, en tant que Premier ministre, a contribué à l’adoption de la loi sur les étrangers de 1905, qui était en partie destinée à restreindre la migration des réfugiés juifs de Russie et d’Europe de l’Est.

La lettre qu’il écrivit le 2 novembre 1917 n’était que l’une des nombreuses actions menées par la Grande-Bretagne et la France dans le but de détruire le Khilafah ottoman, de contrôler le Moyen-Orient et de gagner la Première Guerre mondiale.

Trois ans après le début de la guerre, il était loin d’être certain que la Puissance de l’Entente gagnerait. Lloyd George a calculé qu’il était dans l’intérêt du Royaume-Uni d’offrir la Palestine aux « sionistes juifs » dans l’espoir de gagner le soutien de leurs lobbies en Amérique et en Russie, afin d’influencer le premier à entrer dans la guerre. Cependant, en même temps que cet engagement, les Britanniques négociaient une paix possible avec les Ottomans au cas où leurs efforts de lobbying échoueraient (en fait, les décisions américaines et russes n’étaient probablement pas influencées par la Déclaration Balfour); et ils avaient même promis la Palestine dans le cadre d’un état arabe indépendant au Sharif Hussein, après qu’ils l’aient encouragé à se rebeller contre les Ottomans. (L’Etat arabe indépendant a finalement été remis à Abdul Aziz ibn Saud, pas à Sharif Hussein, et n’a pas inclus la Palestine.)

Mais la duplicité n’était pas la seule qualité requise pour travailler dans le «gouvernement de Sa Majesté» à cette époque. Le racisme et l’impérialisme étaient aussi abondants.

S’adressant à la Commission Peel en 1937, Winston Churchill, qui faisait partie du cabinet de guerre de Lloyd George en 1917, rejeta l’idée que les sionistes étaient des colons en disant: «Je n’admets pas que le chien dans l’étable a le droit final à l’étable, même s’il y est resté très longtemps. Je n’admets pas, par exemple, qu’un grand tort ait été fait aux Indiens Rouges d’Amérique ou aux Noirs d’Australie. Je ne pense pas que les Indiens Rouges aient eu le droit de dire: «Le continent américain nous appartient et nous n’allons pas accueillir des colons européens ici». Ils n’avaient pas le droit, et n’avaient pas le pouvoir.  »

Avec cet état d’esprit colonialiste et raciste – tant de tromperie et de corruption – de telles politiques ne pouvaient manquer de mener aux soixante-dix années suivantes d’effusion de sang et d’instabilité dans l’ensemble du Moyen-Orient, pas seulement en Palestine.

Les injustices historiques sont bien connues: des images  sanglantes en noir et blanc des milliers de réfugiés qui quittent leur foyer qui circulent sur les médias sociaux aujourd’hui – les femmes âgées pleurant leurs fils, les pères protégeant leurs enfants des balles – nous avons grandi en ne sachant rien d’autre que l’injustice contre le peuple palestinien.

Jérusalem, Gaza, Jénine, Hébron – ces lieux étaient autrefois des lieux de signification spirituelle ou à visiter. Mais ils sont maintenant aux côtés de Sabra et Shatilla comme lieux de meurtre, de massacre et d’humiliation.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la Déclaration Balfour, avec Sykes Picot et les différents traités et institutions établis après la Première et la Seconde Guerre mondiale, notamment l’établissement des Nations Unies qui ont confié la Palestine à l’occupation britannique, L’occupation sioniste n’existent pas en isolément les uns des autres. Tout cela devait établir un ordre mondial différent de celui qui existait avant 1914. Le sang versé et l’instabilité créée dans le monde entier pour parvenir à ce changement étaient déjà assez graves. Mais ce qui est pire est cette indifférence avec laquelle ce nouvel ordre mondial a présidé à ces injustices continuelles.

Pendant sept décennies, cet ordre mondial – constitué par la soi-disant «communauté internationale», les Nations Unies, la Cour pénale internationale, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne, les régimes arabes et musulmans de la région – a été activement complice de l’assassinat ou, au mieux, n’a rien fait pour redresser l’oppression du peuple palestinien.

Cela défie la croyance que nous voyons encore aujourd’hui aupres de gens bien intentionnés qui font appel à tous ces organismes pour leur demander de l’aide – et s’attendent à ce qu’ils fassent maintenant ce qu’ils n’ont pas fait jusqu’à aujourd’hui. D’autant plus que, lorsqu’on comprend le contexte de cet ordre mondial, on comprend qu’il interpelle ceux qui ont délibérément créé le chaos, et qui en ont profité, pour résoudre le problème.

L’ordre laïc et nationaliste a échoué spectaculairement. Face à cela, il est temps que les musulmans se réveillent sur le fait qu’il doit y avoir un nouvel ordre au Moyen-Orient et dans le monde musulman – qui peut mettre fin à l’oppression et au meurtre; celui qui résoudra les injustices historiques; celui qui peut libérer la terre de l’occupation; celui qui établit une société où des personnes d’origines différentes peuvent vivre ensemble et protéger leurs vies, leurs biens et leurs croyances. Un tel ordre existait sous l’Islam – et les croyances et les principes des peuples de la région sont ancrés dans l’Islam. Depuis l’expulsion des Croisés jusqu’à il y a un siècle, l’Islam a régné sur la région dans une paix relative – et une telle situation ne peut être établie que sous un nouvel ordre islamique.

 

Dr. Abdul Wahid

 


Bibliographie:

Barr J (2001) A Line in the Sand – Britain, France and the struggle that shaped the Middle East – Simon & Schuster UK, London

Fromkin D (1989) A Peace to End All Peace – The Fall of the Ottoman Empire and the Creation of the Modern Middle East – Henry Holt and Co, New York

Klugg B (2013) The Other Arthur Balfour – http://www.balfourproject.org/the-other-arthur-balfour-protector-of-the-jews/

McMeekin S (2015) The Ottoman Endgame – Penguin, Great Britain

Nutting A – Balfour and Palestine, a legacy of deceit – http://www.balfourproject.org/balfour-and-palestine/

Pappe I (2006) The Ethnic Cleansing of Palestine – Oneworld, London

Rotberg R (2006) Israeli and Palestinian Narrative of Conflict – History’s Double Helix – Indiana University Press, Bloomington, Indiana

Scheer J (2010) The Balfour Declaration: The origins of the Arab-Israeli Conflict – Bloomsbury, London

Shlaim A (2001) The Iron Wall – Israel and the Arab World – Penguin, London

 

Partager: