Le manifeste français contre l’antisémitisme est un manifeste contre l’islam et les musulmans

2101
0
Partager:

Un manifeste appelant à une action urgente contre la montée de l’antisémitisme en France a été publié par le journal Le Parisien. Le document écrit par le co-fondateur de Charlie Hebdo, Philippe Val, l’ancien président Nicolas Sarkozy, l’ancien Premier ministre Manuel Valls et l’acteur Gérard Depardieu, met en lumière une récente vague d’attaques antisémites violentes. « L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs, c’est l’affaire de tous », écrit la lettre « dans notre passé récent, onze juifs viennent d’être assassinés – certains ont été torturés – par des islamistes radicaux, simplement parce qu’ils étaient juifs « . (Source: Euronews)

Commentaire: L’élite française des intellectuels et personnalités a écrit et signé un manifeste déclarant que les juifs sont victimes d’un antisémitisme incité par l’islam et les musulmans et que les textes islamiques appelant à la violence envers les juifs et les chrétiens et autres non-musulmans devraient être réévalués par les théologiens islamiques et déclarée obsolète. Ce manifeste intervient en réaction au meurtre d’une vieille femme juive de 85 ans, Mireille Knoll, par des hommes musulmans. Même si les motifs des auteurs n’étaient pas clairs, cette affaire a été dès le début considérée comme un crime de haine antisémite. Une survivante de l’holocauste tuée par des hommes musulmans qui criaient des phrases en arabe ne pouvait signifier pour eux qu’une seule chose: l’antisémitisme.

Une marche massive a également été organisée par le CRIF, une organisation représentante d’associations juives afin de protester contre ce meurtre. Le Premier ministre Édouard Philippe, parmi d’autres personnalités, a participé à cette «Marche blanche». Emmanuel Macron, le président de la France, a assisté aux funérailles. Cette affaire a donc été érigée en paradigme national, comme crime de haine antisémite instigué par des musulmans ayant des motifs islamiques.

Même si nous supposons que les motifs de ces hommes étaient motivés par l’antisémitisme, l’acte de crime commis aurait dû être évalué comme un acte individuel et non comme un acte de la communauté musulmane en général ou de l’islam comme religion. En conséquence, les autorités et les médias français ont alimenté la colère et la haine contre l’islam et les musulmans. La relation déjà fragile avec sa minorité musulmane a été mise davantage sous plus de contrainte. Ainsi, la carte antisémite des autorités françaises a été très bien jouée, même si elle n’a pas de fond solide et contredit les rapports précédents sur l’antisémitisme. Par exemple, selon une publication du gouvernement en 2017 compilée par le ministère israélien des affaires de la diaspora, le nombre d’attaques antisémites en France a diminué de 63,6% entre 2015 et 2016!

L’antisémitisme est un problème en France; il ne faut pas oublier ici le rôle majeur des nationalistes français et de la droite. Le fait que les partis politiques de la France Insoumise et du Front national de Marine Le Pen, situés l’un à l’extrême gauche et l’autre à l’extrême droite de l’échiquier politique, n’ont pas été les bienvenus à la marche blanche est une indication des sentiments des Français envers les Juifs. Le président du CRIF, Francis Kalifat, a déclaré: « Le grand nombre d’antisémites tant à l’extrême gauche qu’à l’extrême droite rend inacceptable l’arrivée de ces partis (à la Marche) ». De ce fait, lier l’antisémitisme qui est un problème existant en France à l’islam et aux musulmans est une tentative rusée d’utiliser ce sentiment sensible pour légitimer de nouvelles pressions contre la communauté musulmane dans l’espoir de les assimiler.

Jusqu’à présent, la position dite «neutre» de la laïcité envers toutes les religions de la société a confirmé une fois de plus que ce n’est qu’une illusion sans réalité, tandis que la haine et la peur de l’islam sont catégoriquement promus, et que les attaques contre les mosquées et les musulmans ont augmentées dans les rues françaises. Le gouvernement français dépense 100 millions d’euros pour la lutte contre le racisme, et en particulier contre l’antisémitisme, et sécurise les magasins, les écoles et les synagogues des Juifs. De même, il n’est pas surprenant que la demande principale du manifeste ait été dirigée vers les théologiens musulmans afin de changer les significations des textes dans le Coran et les Ahadith qui sont liés à la violence, selon leurs mauvais désirs. Un Islam «français» est fortement encouragé, non pas en opposant des idées par des idées mais en utilisant la répression, la peur et la distorsion.

Le berceau du sécularisme libéral, qui produisit jadis des penseurs et des intellectuels capables d’influencer les masses avec leur cadre intellectuel sur leur vision du monde nouvellement adoptée, ont délaissé le raisonnement et ont recouru à une manipulation astucieuse pour étouffer ses minorités. Le sécularisme est mort, c’est clair, non seulement pour les musulmans qui sont opprimés par lui, mais aussi pour les penseurs et les intellectuels qui n’y croient plus.

« … La haine est déjà apparue de leurs bouches, et ce que leurs poitrines cachent est plus grand. » [Aal-‘Imran; 118]

 


Ecrit pour le bureau central des médias de Hizb ut Tahrir par Okay Pala représentant des médias de Hizb ut Tahrir aux Pays-Bas

Partager: