L’Islam: Trouver la paix par la soumission à nul autre qu’Allah

1347
0
Partager:

Les musulmans sont accusés d’être des terroristes. L’Islam est accusé d’être principalement violent et de même d’être répandu par l’épée. Dans ces moments-là, il serait compréhensible que certains musulmans essaient de défendre l’islam en mettant l’accent sur le côté pacifique et souvent négligé du Dine.

Cependant, exagérer n’importe quel aspect du mode de vie islamique déforme sa vraie image. Cela peut être dangereux, car cela peut être utiliser par ceux qui veulent nuire à l’Islam et aux musulmans en promouvant certains aspects de l’Islam et en censurant d’autres. Beaucoup de ceux qui accusent l’Islam savent très bien que leurs paroles ne sont rien de plus qu’une tentative superficielle pour détourner l’attention du vrai débat sur les mérites du mode de vie islamique. De plus, leur politique vise à faire pression sur les musulmans pour qu’ils abandonnent la pure pensée islamique. Ils souhaitent plutôt que les musulmans se préoccupent des analyses coûts-bénéfices avant d’entreprendre quelque action que ce soit, au lieu de regarder ce dont Allah est le plus satisfait. En adoptant un islam déformé, nous pourrions ainsi saper les fondements de ce que signifie être un musulman.

Il n’est pas rare d’entendre l’expression « l’Islam signifie la paix». On dit que l’Islam et le salaam (signifiant en arabe la paix) ont la même racine et de ce fait la paix est le noyau de l’Islam. L’inférence est que l’Islam EST la paix, signifiant que partout où la paix est trouvée, alors c’est l’Islam. L’Islam peut alors devenir n’importe quelle forme de paix – même en se rendant ou en restant silencieux au sujet des meurtriers oppressifs; accepter un processus de paix avec l’entité sioniste (même si cela est interdit dans la sharia); ou bien relativiser toutes les occupations des terres musulmanes. Dans cette représentation de l’Islam, la sharia cesse d’être la mesure pour juger les actions, remplacé par tout ce qui est jugé à un moment donné comme le plus pacifique.

Linguistiquement, c’est une erreur. Du point de vue de l’islam, c’est une catastrophe. Il peut être vrai que les deux mots partagent les lettres S L M, cependant, il y a beaucoup de mots partageant les mêmes trois lettres comme racines. Dans les dictionnaires arabes, seuls le silm, le salm et le salaam sont mentionnés comme ayant la paix (l’opposée de harb) parmi leurs significations. Même salm et salaam ont tous deux aussi le sens de la reddition. Plus important encore, lorsque l’on comprend un mot du Coran ou de la Sounna, il est nécessaire qu’il conserve la signification utilisée par les Arabes au moment de la Révélation, à moins qu’il n’y ait un texte pour lui donner une signification plus spécifique. Par exemple, Salaat dans la langue des Arabes signifie invoquer (dou’a), mais les textes islamiques lui ont donné une signification spécifique de l’acte de prière effectué cinq fois par jour par les musulmans. Aucun musulman ne pourrait argumenter que le simple fait de faire cinq fois par jour la dou’a à la place des prières canoniques remplirait le deuxième pilier de l’islam.

Dans le tafsir du verset suivant :

بَلَى مَنْ أَسْلَمَ وَجْهَهُ لِلَّهِ وَهُوَ مُحْسِنٌ فَلَهُ أَجْرُهُ عِنْدَ رَبِّهِ وَلا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلا هُمْ يَحْزَنُون

« Non, mais quiconque soumet à Allah son être tout en faisant le bien, aura sa rétribution auprès de son Seigneur. Pour eux, nulle crainte, et ils ne seront point attristés. » s2 :v112

Tabari mentionne: « Il veut dire avec ‘islam al-wajh’ (l’islam du visage): se rendre bas et se soumettre à Son ordre. L’origine de ‘al-islam’ est: la soumission (istislaam), parce que c’est de ‘je me suis rendu à son ordre’, ce qui signifie se soumettre à Son ordre. Le musulman est seulement appelé un musulman par sa soumission de ses membres à l’obéissance de son Seigneur.  »

Qamus al-Muhit définit al-islam comme « l’obéissance, l’assujettissement et la reddition »

Qurtubi dit dans son tafsir qu’al-islam dans la langue des Arabes signifie: « se rendre, obéir et se soumettre »

Ainsi, le mot Islam a la soumission au cœur de sa signification linguistique, et a reçu une signification islamique spécifique de se livrer, d’obéir et de se soumettre à Allah sans résistance.

En fait, c’est le cœur même de ce que signifie être musulman. Soumettre ses désirs à Allah est la plus haute forme d’adoration. La soumission est ce qu’Allah (swt) nous demande et c’est la chose la plus naturelle. Tout ce qui existe est soumis à Allah contre sa volonté, comme tous se soumettent aux lois de l’univers établies par Allah. Les humains ont le libre arbitre de choisir les actions à effectuer. En soumettant nos actions à un système de prescriptions (la sharia) conçu par Notre Créateur , nous sommes certainement raisonnable. En soumettant volontairement notre volonté à la Volonté d’Allah, de telle sorte que nous ne désirons même pas ce qui déplairait à Allah (swt), nous Lui rendons une adoration encore plus pure.

Allah (swt) nous demande de réfléchir :

أَفَحُكْمَ الْجَاهِلِيَّةِ يَبْغُونَ وَمَنْ أَحْسَنُ مِنَ اللَّهِ حُكْمًا لِّقَوْمٍ يُوقِنُونَ

« Cherchent-ils alors le jugement de l’ignorance? Et qui est meilleur en jugement qu’Allah pour un peuple qui a une foi ferme? « [Sourate Al-Ma’idah: 50]

Il (swt) nous informe que le chemin vers l’amélioration est de se soumettre volontairement à Son système, en renvoyant toutes les questions à ce que Son Messager, Muhammad ﷺ, a apporté.

فَلاَ وَرَبِّكَ لاَ يُؤْمِنُونَ حَتَّىَ يُحَكِّمُوكَ فِيمَا شَجَرَ بَيْنَهُمْ ثُمَّ لاَ يَجِدُواْ فِي أَنفُسِهِمْ حَرَجًا مِّمَّا قَضَيْتَ وَيُسَلِّمُواْ تَسْلِيمًا

« Mais non, par ton Seigneur, ils n’auront pas la foi, jusqu’à ce qu’ils te fassent juger dans toutes les querelles entre eux, et ne trouvent en eux aucune résistance contre tes décisions, et acceptent avec une entière soumission. » [Surah An-Nisa : 65]

Le musulman soumis est reconnaissant envers son Seigneur pour toutes ses faveurs. Il est toujours reconnaissant qu’Allah ait donné une guidée claire et que la sharia soit un chemin vers Lui. Il se repent devant Son Seigneur pour l’ingratitude du passée et veut seulement se soumettre à tout ce qui satisfait Allah.

Le musulman soumis face à n’importe quel problème se demande «quelle solution plairait à mon Seigneur?» Il cherche dans les textes islamiques un texte ou une indication indiquant si Allah (swt) est satisfait ou mécontent d’une certaine ligne de conduite. Il se soumet alors complètement à cette prescription, l’adoptant comme le houkm shar’i (la prescription islamique). S’il est incapable de tirer la prescription du texte, comme le sont aujourd’hui la plupart des musulmans, il demande à ceux qui le peuvent.

Si le musulman soumis a entendu que sa prescription islamique adopté a été réprimandé par d’autres personnes, il ne revient pas au texte pour trouver une règle plus agréable. Cela ne serait pas se soumettre à Allah, mais à la pression des pairs ou à l’opinion publique. En fin de compte les deux impliquent suivre son désir ou le leurs.

وَأَنْ احْكُمْ بَيْنَهُمْ بِمَا أَنزَلَ اللَّهُ وَلا تَتَّبِعْ أَهْوَاءَهُمْ وَاحْذَرْهُمْ أَنْ يَفْتِنُوكَ عَنْ بَعْضِ مَا أَنزَلَ اللَّهُ إِلَيْكَ

« Et juge entre eux par ce qu’Allah a révélé et ne suit pas leurs désirs, mais méfie-toi d’eux de peur qu’ils ne te détournent même de ce qui t’est révélé » [Sourate Al-Ma’idah: 49]

Le musulman se soumettant n’est pas comme l’avocat qui regarde quel point de droit ou précédent technique il peut utiliser pour atteindre son but. C’est la vérité de la question qui compte. Le musulman ne cherche pas les opinions des juristes historiques à la recherche d’une décision qui convient à son propre ordre du jour, en adoptant toute opinion shaadh (obscure). Allah (swt) a mis en garde contre cette grave erreur plusieurs fois. Le musulman qui se soumet a la taqwa (conscience et peur d’Allah) pour l’aider à décider quelle prescription adopter a comme  seule préoccupation de faire ce qui est le plus satisfaisant pour Allah. Sans cela, il n’y a que des querelles juridiques qui manquent la base même de l’Islam: la soumission.

وَمَنْ يَبْتَغِ غَيْرَ الإِسْلامِ دِيناً فَلَنْ يُقْبَلَ مِنْهُ وَهُوَ فِي الآخِرَةِ مِنْ الْخَاسِرِينَ

« Quiconque accepte autre que la Soumission comme sa religion, il ne sera pas accepté de lui, et dans l’au-delà, il sera avec les perdants. » [Surah Ali-Imran: 85]

La paix a sa place dans l’Islam. C’est ce que nous nous souhaitons les uns les autres dans la prochaine vie, alors que nous prions Allah dans notre salut commun pour la paix par ‘As-Salaamu alaikum’. C’est une prescription pour la politique étrangère après conclusion des traités. C’est la conséquence naturelle de la mise en œuvre de la sharia islamique dans l’État islamique, car c’est la manière fondamentale de traiter les citoyens de la société, qu’ils soient musulmans ou non. C’est l’état d’esprit et du cœur stable du musulman croyant. D’autres croyances peuvent donner une paix d’esprit temporaire ou partielle, mais seul l’Islam donne une paix intérieure permanente, car seul l’Islam est construit sur l’esprit et est en accord avec la nature humaine.

En fin de compte, en dépit de n’importe quelle étiquette que les gens souhaitent coller à l’Islam, l’Islam a la soumission au Dine d’Allah en son cœur.

أَلَمْ تَرَ إِلَى الَّذِينَ يَزْعُمُونَ أَنَّهُمْ آمَنُواْ بِمَا أُنزِلَ إِلَيْكَ وَمَا أُنزِلَ مِن قَبْلِكَ يُرِيدُونَ أَن يَتَحَاكَمُواْ إِلَى الطَّاغُوتِ وَقَدْ أُمِرُواْ أَن يَكْفُرُواْ بِهِ وَيُرِيدُ الشَّيْطَانُ أَن يُضِلَّهُمْ ضَلاَلاً بَعِيدًا

« N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu’on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Ṭāğūt, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement  » [Surah An-Nisa: 60]

 


Yahya Nisbet

Représentant média de Hizb-ut-Tahrir en Grande-Bretagne

Partager: