Le problème de l’environnement, ses causes et la solution de l’islam – Intro

1376
0
Partager:

ظَهَرَ الْفَسَادُ فِي الْبَرِّ وَالْبَحْرِ بِمَا كَسَبَتْ أَيْدِي النَّاسِ لِيُذِيقَهُم بَعْضَ الَّذِي عَمِلُوا لَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ

La corruption est apparue sur la terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains; afin qu’[Allah] leur fasse goûter une partie de ce qu’ils ont œuvré; peut-être reviendront-ils (vers Allah)

Sourate 30 : v,41

La question de l’environnement n’a jamais reçu autant d’attention à travers l’histoire de l’humanité que ces dernières décennies à cause de la perturbation de la balance environnementale résultant de conséquences négatives de la révolution industrielle et de la consommation de l’Homme des ressources naturelles. Le monde craint actuellement une détérioration destructive de la condition de l’environnement. Parmi les sujets les plus débattus dans ce contexte, il y a le sujet du changement climatique et du réchauffement planétaire dont la préoccupation n’est pas limité à un seul pays mais englobe plutôt le monde entier puisque il n’y a point de région ou d’état qui ne soit pas affecté. Le résultat en est que le réchauffement planétaire a reçu une grande part d’attention internationale. Plusieurs conférences scientifiques, sommets internationaux et forums furent tenues afin de débattre des causes du problème, les possibilités afin de le résoudre et l’ampleur de la coopération entre les différents pays afin de le contrer. Les organisateurs de ces rencontres ont cherché à mettre en place des accords internationaux qui imposent l’observance dans ce qui est considéré comme la solution au problème climatique, abordent ses causes  et ses conséquences néfastes de façon à trouver un  équilibre entre la sauvegarde du niveau de vie et le besoin de ressources naturelles d’une part, et le respect du climat d’autre part. Avec la participation de plusieurs chefs d’états, de gouvernements et aussi un grand nombre de délégations gouvernementales, d’experts et de chercheurs, la conférence sur le climat de Copenhague qui fut tenu du 7 décembre au 18 décembre 2009 est considérée comme une étape d’une longue série de conférences internationales.

Quiconque suit ces conférences, les engagements, les accords proposés et étudie la recherche en particulier celle faites par les scientifiques occidentaux, experts et penseurs, se réalisera que la préoccupation de la question de l’environnement a pris une mauvaise direction dès le début. Ceci est dû au fait que le débat fut principalement limité aux symptômes du déséquilibre de l’environnement et les causes immédiates derrière elle comme les gazes à effet de serre, qui affectent l’atmosphère et le rôle de l’industrie dans ce contexte. Ces causes sont les effets du problème plutôt que les réelles causes. Cela explique l’absence de progrès signifiant dans la résolution de la question environnementale. Le progrès restera paralysé et déficient tant que le diagnostic et le traitement du problème resteront erronés.

Nous ne croyons pas que les causes actuelles derrière le problème environnemental soient à trouver dans la production, le développement technologique ou l’exploitation des ressources naturelles pour le bienfait de l’Homme. Ceci est dû au fait qu’Allah (Le glorifié et Exalté) a soumis au service de l’Homme la terre avec tout ce qu’elle contient.  Il  (Le glorifié et Exalté) a donc appelé les gens à cultiver la terre et d’y rechercher sa subsistance ainsi que d’explorer les lois naturelles afin d’en prendre avantage en mettant tout ce qui est sur terre et dans l’atmosphère à leurs service afin de satisfaire leurs besoins, satisfaire leur faim et développer davantage les moyens de vie. L’Homme a vécu sur terre et a joui de ses bienfaits sans que cela mène à une pénurie ou à un déséquilibre. Allah (Le glorifié et Exalté) dit :

وَٱلۡأَرۡضَ مَدَدۡنَـٰهَا وَأَلۡقَيۡنَا فِيهَا رَوَٲسِىَ وَأَنۢبَتۡنَا فِيہَا مِن كُلِّ شَىۡءٍ۬ مَّوۡزُونٍ۬

وَجَعَلۡنَا لَكُمۡ فِيہَا مَعَـٰيِشَ وَمَن لَّسۡتُمۡ لَهُ ۥ بِرَٲزِقِينَ

وَإِن مِّن شَىۡءٍ إِلَّا عِندَنَا خَزَآٮِٕنُهُ ۥ وَمَا نُنَزِّلُهُ ۥۤ إِلَّا بِقَدَرٍ۬ مَّعۡلُومٍ۬

Et quant à la terre, Nous l’avons étalée et y avons placé des montagnes (immobiles) et y avons fait pousser toute chose harmonieusement proportionnée.

Et Nous y avons placé des vivres pour vous, et (placé aussi pour vous) des êtres que vous ne nourrissez pas.

Et il n’est rien dont Nous n’ayons les réserves et Nous ne le faisons descendre que dans une mesure déterminée.

sourate 15: v19-v21

Dans notre vision le problème environnemental, dans son sens complet, est du à des causes de dimension intellectuel et aussi du a un profond dilemme idéologique qui résulte d’une pratique persistante menant à l’émergence et à la détérioration du problème environnemental. Nous pouvons confirmer que la révolution industrielle, à qui fut attribuée la majeure responsabilité des problèmes environnementaux, est apparue et s’est développé en Occident. Le monde occidental continue à avancer dans ce terrain, tandis que le reste du monde suit son parcours. Le monde occidental dans lequel la culture occidentale prévaut, a formé la fondation idéologique et le cadre intellectuel qui a dominé la révolution industrielle et ses réalisations. Cette culture est matérialiste et orientée vers l’intérêt (maslaha), sa philosophie dicte que le Créateur doit être séparé des affaire de la vie, tout comme elle appelle à la liberté, incluant la liberté de possession et la liberté personnelle. Elle fait de l’intérêt le critère des actions et croit que la félicité est atteinte à travers la réalisation d’une partie maximale des plaisirs sensuels. Cette culture considère le problème économique comme étant la rareté des produits et des services, fait de l’état un outil afin de protéger les libertés, et assigne a l’Homme le droit de légiférer. A la suite de ces convictions, cette culture contient les graines des problèmes à travers divers aspects de la vie, y compris le problème environnemental. Cette culture dirige l’Homme, la société et l’état vers la destruction. Elle a tracé le chemin de la formation d’un individu qui ne sent pas la surveillance d’Allah et qui ne craint pas la reddition des comptes auprès d’Allah ; un homme dont les limites sont définies par ses intérêts matériels et qui aspire à la réalisation d’un maximum de richesse et de plaisir matériel. Cette culture a éteint la lueur dans la nature de l’Homme et l’a distancié des besoins spirituels. Pour cette raison, dû a ses convictions, un tel Homme fût apte à être avare et à violer les droits des autres sans tenir comptes des limites morales ou des valeurs spirituelles. Similairement, cette Homme est caractérisé par une consommation sans contrôle de produits et de services, puisqu’il est dirigé par le désir de posséder sans un réel besoin. Plusieurs maisons en Occident accumulent donc des produits comme des appareils électroménagers, des habits, produits de beauté etc., qui sont continuellement remplacé par d’autres produits simplement parce qu’un nouveau modèle fut produit ou parce que la mode a changé, ou parce qu’il n’y a plus ce besoin. Comme résultat, les sociétés occidentales sont des sociétés de consommation qui ne prennent pas en compte l’impact environnemental de la consommation superflue.

Le revenu national et la croissance économique ont été faits comme le critère du succès économique. Ce critère de réussite a résulté en la proclamation d’une culture où le problème économique est la rareté des produits et des services, et aussi que la solution à ce problème consiste dans la hausse de la production. Dès lors les états sont amenés à se focaliser sur la production et la hausse afin d’atteindre le niveau le plus élevé possible de revenu national et de hausser la croissance économique sans tenir compte de l’environnement. Les industries majeures et les entreprises de fabrication s’engagent dans une exploitation impitoyable des ressources naturelles et ont remplis les marchés avec des produits dans des quantités énormes afin d’atteindre du profit avec de l’avidité sans bornes, sans aucun égard pour rien d’autre que le gain matériel. Ces compagnies et industries ont rendu leurs gouvernements et aussi ceux des nations pauvres asservies afin de réaliser leurs propres intérêts économiques. Similairement ils furent capables d’exercer de l’influence considérable dans différentes législations et sur différents législateur afin de bénéficier de leur profit et de leurs objectifs économiques. Tout cela est fait sans tenir compte aux dangereuses conséquences qui affectent l’Homme, les animaux ou l’environnement.

Par ailleurs, il y a une conception capitaliste qu’il y a un compromis constant entre le développement d’une part et les questions environnementales et humaines de l’autre. Cette vision est fondamentalement erronée puisque le développement économique et la prospérité ne nécessitent pas des violations envers des humains, des animaux ou l’environnement aux alentours, et toute solution fondée sur cette vision erronée ne mènera qu’à l’aggravation du problème. Similairement, les solutions proposées par les politiciens occidentaux, qu’ils soient des solutions provenant du protocole de  Kyoto, le plan climatique de l’UE  ou la conférence climatique de l’ONU de Copenhague (COP15) confirment tous le manque d’intérêt pour l’environnement et le climat lorsque les entreprises occidentales doivent en payer le prix.

Il est  naturel que la domination de la culture occidentale dans le monde et l’application du système capitaliste mènent à ces conséquences fatales sous forme de famine, de pauvreté, de colonisation, de guerres d’agression, de massacres envers des civils, de crises économiques et l’émergence de régimes dictatoriaux dirigés par l’occident dans le monde musulman et d’autres pays pauvres. L’abus répété de l’environnement et l’émergence du problème environnemental sont seulement les fruits du système capitaliste.

Aujourd’hui, l’humanité est à un point de repère et continuer plus loin sur le sentier du capitalisme mettra sans aucun doute l’humanité à la merci d’un tsunami inimaginable de désastres. L’émergence des crises dont nous sommes témoins à notre époque n’est rien d’autre que l’héritage de cette idéologie qui est à l’agonie, qui maintient uniquement son existence à travers la répression brutale d’autres nations et idées.

L’islam à une vision fondamentalement différente concernant cette question. L’islam offre à l’Homme une solution qui peut induire de la croissance économique réelle, de la stabilité et du développement pour toute l’humanité, sans que cela soit au détriment de l’environnement ou dans les intérêts d’une élite minoritaire.

Les musulmans ont la capacité, s’ils ont une volonté forte, de changer le mode de vie et de choisir la méthode de l’islam, qui va non seulement fournir la tranquillité à l’Homme, mais aussi respecter la nature et l’environnement, ce qui est une nécessité pour la survie de l’humanité.

Dans ce livret nous allons brièvement traiter de ce sujet de façon réaliste et des solutions proposées dans les forums internationaux, incluant la conférence sur le changement climatique de Copenhague, afin de montrer les différences claires entre la vision de l’islam et la vision du capitalisme par rapport à cette question de l’environnement, de la croissance et de la prospérité économique.


Ceci est un extrait du livre  intitulé : ‘Le problème de l’environnement, ses causes et la solution de l’islam’ – Hizb ut tahrir Denmark

Partager: