L’Islam peut s’occuper de la peur et des implications sur la santé du COVID-19

6084
0
Partager:

Le COVID-19 a englobé le monde entier. Une telle crise devrait nous rappeler d’Allāh, Son Dīn, et Son messager qui sont tout englobant et s’adressent à nos croyances et valeurs, offrant à l’humanité une perspective indispensable sur la façon dont ceux qui détiennent l’autorité politique devrait réagir pendant cette crise.

L’Islam traite la peur

La pandémie actuelle a poussé certaines personnes à s’empresser de faire des provisions de papier toilette et de nourriture, à cause de la peur, comme si elles se préparaient à s’enfermer dans un bunker pendant un holocauste nucléaire. D’autres craignent pour leur santé, leur sécurité et celle de leur famille.

La peur rend les gens irrationnels, peu critiques et faciles à contrôler et à manipuler par les autres.

Cela nous fait perdre toute perspective. Nous ne pouvons pas supporter l’idée de ne pas pouvoir prier Tarawīh en assemblée, en oubliant que cette maladie va tuer des milliers de gens. Nous commençons à sentir que nous sommes les seuls à souffrir, oubliant qu’il existe un monde où plus de 200.000 civils ont été tués en Syrie, ou que des gens meurent chaque jour de la malaria et de l’Ebola.

Les musulmans ne devraient pas craindre un virus, ou quoi que ce soit de la création – nous devrions plutôt craindre Allāh, Celui qui a créé le virus !

La aqīdah islamique devrait renforcer la résilience de notre communauté. Nous ne croyons pas que ce soit un virus qui prend la vie – c’est Allāh. C’est ce que dit Allāh :

    وَمَا كَانَ لِنَفْسٍ أَن تَمُوتَ إِلَّا بِإِذْنِ اللَّهِ كِتَابًا مُّؤَجَّلًا

    « Une âme ne mourra pas, si ce n’est avec la permission d’Allah, selon un décret déterminé ».

Nous croyons que nous ne pouvons pas prolonger notre vie d’un seul instant. C’est ce que dit Allāh :

    وَلِكُلِّ أُمَّةٍ أَجَلٌ ۖ فَإِذَا جَاءَ أَجَلُهُمْ لَا يَسْتَأْخِرُونَ سَاعَةً ۖ وَلَا يَسْتَقْدِمُونَ

 « Et pour chaque peuple, il y a un terme [spécifié]. Ainsi, quand leur heure sera venue, ils ne resteront pas en arrière d’une heure, ni ne la précéderont »

Nous ne croyons pas que c’est un médecin qui guérit – c’est Allāh, c’est donc sur Lui que nous devons compter. C’est ce que dit Allāh :

    قُل لَّن يُصِيبَنَا إِلَّا مَا كَتَبَ اللَّهُ لَنَا هُوَ مَوْلَانَا ۚ وَعَلَى اللَّهِ فَلْيَتَوَكَّلِ الْمُؤْمِنُونَ

Dites : « Il ne nous arrivera jamais rien, sauf ce que Allāh a décrété pour nous ; il est notre protecteur ». Et sur Allah, que les croyants placent leur confiance »

Un tel état d’esprit permettrait de répondre à la peur des gens.

L’Islam devrait nous faire voir les actions que nous devrions entreprendre maintenant sous l’angle de la responsabilité. Lors d’une pandémie, les individus ne sont pas tenus pour responsables, qu’ils soient infectés par un virus ou qu’ils succombent à la maladie. Ce dont ils peuvent être tenus responsables, en revanche, ce sont les actions qui pourraient empêcher de nuire aux autres (par exemple, se laver les mains afin de réduire la transmission à d’autres personnes, et s’isoler s’ils présentent des symptômes afin de réduire le risque de nuire à d’autres personnes peut-être plus vulnérables). Nous pouvons être récompensés pour cela si nous avons l’intention de réduire le risque de nuire à autrui – ou rendre des comptes si nous mettons délibérément ou par négligence des personnes en danger.

Des conséquences imprévues sont liées à la prudence et à l’anxiété excessives. Nous risquons de créer une communauté craintive et névrosée. Nous pouvons virtuellement emprisonner des personnes âgées comme nos parents tout en ayant de bonnes intentions pour eux, mais au contraire les rendre malheureux et leur faire potentiellement du mal par leur inactivité.

La réalité est que 80 % des personnes qui contractent le virus auront une maladie semblable au rhume ou à la grippe et se rétabliront sans effet néfaste et gagneront une immunité après leur maladie. Mais jusqu’à 20 % des personnes les plus vulnérables peuvent contracter une maladie grave nécessitant un traitement hospitalier – ce sont celles à qui nous ne voulons pas faire de mal par quelque action que ce soit ou négligence de notre part.

Une grande partie de la peur vient du fait de vivre dans et d’être affectée par une société qui craint de plus en plus la mort et l’épreuve; de vivre, comme elle le fait, pour l’éphémère.

Un leadership islamique sincère au niveau du gouvernement, communiquant une compréhension correcte, permettrait de susciter les émotions correctes ainsi que des actions appropriées, le tout en harmonie avec des mesures politiques appropriées.

L’Islam a une approche distincte de l’élaboration des politiques

En annonçant la politique de son gouvernement concernant COVID-19, Boris Johnson a déclaré que « de nombreuses familles en Grande-Bretagne perdront des êtres chers avant l’heure », reconnaissant que sa phase de « retardement » et ses efforts pour renforcer l’immunité collective de la population pourraient ne pas aider les plus vulnérables. En effet, cela s’est passé quelques jours avant qu’il n’y ait des conseils pour les personnes âgées. Il s’agit d’une approche « utilitaire » classique (c’est-à-dire la recherche du plus grand bien pour le plus grand nombre), mais si les plus faibles de la société souffrent, qu’il en soit ainsi.

Ce n’est pas une approche islamique. Notre politique – en termes de croyances, d’idées, de valeurs et d’actions – découle du Coran et de la Sounna. La Sounna nous dit qu’elle devrait également être basée sur la Sunnah des caliphes bien guidées, et dont le premier, bien sûr, a été Sayyiduna Abu Bakr al Siddiq (qu’Allāh soit satisfait de lui).

Lorsqu’il a pris ses fonctions de Khalifah, Abu Bakr a exprimé un principe politique qui contraste avec la politique utilitaire du gouvernement britannique actuel. Abu Bakr a déclaré : « Les faibles parmi vous sont considérés comme forts par moi, jusqu’à ce que je leur rende ce qui leur revient de droit, inshā Allāh. Et le fort parmi vous est considéré comme faible par moi, jusqu’à ce que je leur prenne ce qui leur revient de droit, inshāAllāh. » (Al-Bidāyah wa al-Nihāyah). Cela signifierait qu’un dirigeant islamique, qui s’occupe des affaires du peuple, donnerait la priorité à l’aide à la population dans la mesure du possible, en particulier aux plus vulnérables. Cela ne signifie pas nécessairement que les professionnels de la santé qui s’occupent de chaque cas traité en première ligne mettent tout en œuvre pour les cas qu’ils estiment ne pas pouvoir réussir. Mais cela signifierait que les décideurs politiques se seraient concentrés sur la protection des plus vulnérables en termes de santé publique en essayant de contenir le virus dès le départ – ou en prenant des mesures dès maintenant – mais cela n’a pas été le cas.

Un gouvernement devrait donc agir conformément au Livre d’Allāh et à la Sounna de son Messager (sala Allāhu ʿalayhi wa sallam) – car c’est le travail des gouvernements, et il ne peut être réalisé par des individus ou des groupes ou des institutions comme les mosquées. Le leadership en la matière n’est pas le fait d’universitaires et de chercheurs. C’est l’autorité politique légitime qui doit être fondée sur l’Islam.

Au cœur de la gouvernance islamique et du Khalifah – ainsi que de ses Wula (gouverneurs) et assistants – se trouve ar-ri’aya (s’occuper des affaires des gens) et la mise en œuvre de règles islamiques spécifiques, dont certaines sont pertinentes pour cette pandémie.

En ce qui concerne la généralité de la gestion des affaires des gens, le Messager d’Allah (sall Allāhu ʿalayhi wa sallam) a déclaré :

أَلاَ كُلُّكُمْ رَاعٍ وَكُلُّكُمْ مَسْئُولٌ عَنْ رَعِيَّتِهِ فَالأَمِيرُ الَّذِى عَلَى النَّاسِ رَاعٍ وَهُوَ مَسْئُولٌ عَنْ رَعِيَّتِهِ

« Chacun de vous est un gardien et chacun de vous est interrogé sur ses sujets. L’imam qui est responsable du peuple est interrogé sur sa responsabilité »

Il s’agirait notamment, mais pas exclusivement, de répondre aux besoins de la population en matière de soins de santé, avec des mesures qui ne diffèrent pas de l’expansion de la capacité hospitalière à Wuhan, ainsi que de rechercher des traitements et des vaccinations spécifiques.

En outre, des règles spécifiques sont invoquées ici, comme l’instruction du Messager d’Allah (sall Allāhu ʿalayhi wa sallam) de mettre en quarantaine les zones où il y a une épidémie. Abdur-Rahman bin ‘Auf a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah (sall Allāhu ʿalayhi wa sallam) dire : « Si vous en entendez parler (d’une épidémie de peste) dans un pays, n’y allez pas ; mais si la peste se déclare dans un pays où vous séjournez, ne vous en éloignez pas » ».

Le deuxième khalife de l’Islam, Omar ibn al Khattab (que Allāh soit satisfait de lui), a mis en œuvre cette règle de manière célèbre lorsqu’il y a eu une épidémie de peste en son temps.

Lorsque l’on pense à l’épidémie du coronavirus et à la manière dont l’Islam y ferait face, on ne peut pas penser uniquement en termes d’actions individuelles.

L’islam est un mode de vie qui englobe les communautés, les sociétés et les affaires mondiales. Ces questions qui se situent au niveau de la oumma sont déléguées à l’émir de cette Oumma, le Khalifah, pour mettre en œuvre les règles et les politiques qui émanent de la croyance islamique.

Cette brève réflexion montre que si le monde avait l’alternative du leadership de l’Islam comme exemple dans une telle crise, alors l’humanité n’aurait pas à accepter d’être piégée dans ce système brisé qui préside un monde malade.

وَكَذَٰلِكَ جَعَلْنَاكُمْ أُمَّةً وَسَطًا لِّتَكُونُوا شُهَدَاءَ عَلَى النَّاسِ وَيَكُونَ الرَّسُولُ عَلَيْكُمْ شَهِيدًا

« Et ainsi nous avons fait de vous une communauté juste dont vous serez les témoins sur le peuple et dont le Messager sera le témoin sur vous. »


a propos de l’auteur: Dr. Abdul Wahid est actuellement le président du comité exécutif britannique du Hizb ut-Tahrir en Grande-Bretagne. Il a été publié sur les sites web des Affaires étrangères, de Open Democracy, du Times Higher Educational Supplement et du magazine Prospect. Vous pouvez le suivre sur Twitter, @AbdulWahidHT, ou le retrouver sur Facebook, @AbdulWahid.HT

Cettre article est un traduction d’un texte publié par Islam21c.com

https://www.islam21c.com/islamic-thought/islam-can-deal-with-the-fear-and-health-implications-of-covid-19/
Partager:

Leave a reply